Skip to content
Paris en veut à Bruxelles pour son soutien renouvelé à une association proche des Frères musulmans

[ad_1]

La Commission européenne fait la promotion de l’association controversée FEMYSO dans une vidéo. Après une protestation écrite de Gérald Darmanin, le secrétaire d’Etat à l’Europe a protesté à son tour lundi.

A l’occasion de la Journée internationale de la jeunesse, créée par l’ONU en 1999 et célébrée chaque année le 12 août, la Commission européenne a dévoilé une courte vidéo sur Instagram (un « réel”) pour célébrer la jeunesse européenne. En quelques dizaines de secondes, le clip met en lumière plusieurs initiatives portées par des associations de jeunes européens dans divers domaines (écologie, solidarité, culture, etc.), entrecoupées de fragments d’un discours d’Ursula von der Leyen adressé aux jeunes, et saluantl’esprit de la nouvelle génération d’Européens« .

On note aussi la présence, dès les premières images du clip, de membres de FEMYSO reconnaissables à leurs T-shirts avec le logo de leur association. Seule association confessionnelle visible sur la vidéo, le Forum des jeunes et étudiants musulmans européens fait pourtant polémique : en novembre dernier, plusieurs polémiques (notamment une campagne de promotion du hijab lancée par le Conseil de l’Europe et relayée par l’Union européenne) avaient conduit le gouvernement français à rappeler sèchement Bruxelles à l’ordre sur ses partenariats avec des associations musulmanes considérées comme des relais d’influence des Frères musulmans en Europe.

Concernant FEMYSO notamment, que la Commission européenne continue donc d’honorer officiellement cet été, Marlène Schiappa s’est particulièrement émue le 22 novembre sur Europe 1 que l’association ait été reçue par la commissaire européenne pour cravate Helena Dalli. « ça m’attire fortement», avait déclaré le ministre délégué chargé de la Citoyenneté, qualifiant le FEMYSO de « faux nez de l’islamisme ». « Un petit tour sur les réseaux sociaux de cette organisation permet de voir à quel point ils tiennent des propos agressifs vis-à-vis de la France, et pas seulement du gouvernement mais aussi de la culture française, accusant la France et l’accablant de tous les maux», avait relevé Marlène Schiappa.

« Je m’étonne de voir des organisations qu’on veut voir dissoudre en France et qui se dissolvent« , elle a ajouté. Elle avait alors décidé avec Clément Beaune, le secrétaire d’État chargé des Affaires européennes, de saisir le commissaire européen »afin qu’elle puisse nous fournir des informations sur ce qui l’a amenée à recevoir cette organisation« . « En France nous avons pris nos responsabilités en disant pas un euro d’argent public pour les ennemis de la République (…) Maintenant l’Europe doit faire ce travail« .

En juin dernier, le commissaire européen à la justice Didier Reynders avait pourtant désavoué les ministres français en répondant à une question écrite du député européen Nicolas Bay : «Le suivi de la mise en œuvre des subventions reçues par le Forum des Organisations Européennes de Jeunes et d’Etudiants Musulmans (FEMYSO) n’a révélé, à ce jour, aucune violation [des valeurs de l’UE]confirmant que la Commission ne souhaitait pas mettre un terme à ses partenariats avec le FEMYSO.

Cette fois, c’est le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin qui monte au créneau : il a fait savoir à l’hebdomadaire Marianne qu’il allait écrire à la Commission européenne pour dénoncer une nouvelle fois les agissements du FEMYSO. Interrogée ce lundi 29 août à ce sujet sur France 2, la secrétaire d’État chargée de l’Europe, Laurence Boone a également fait preuve de fermeté : «Il n’y a pas d’ambiguïté. Cette association ne correspond pas à nos valeurs de laïcité. Cela ne soutient pas nos objectifs d’inclusion et d’émancipation, pas du tout. Elle est contre« . « Je contacte mes homologues dans tous les pays européens pour faire pression sur la commissionelle a également assuré.

210 000 € de subventions européennes

FEMYSO est une organisation financée par l’Union Européenne (210 000 € depuis 2007). Il s’agit en fait de l’émanation transnationale de l’UOIF, l’Union des organisations islamiques de France créée par des membres des Frères musulmans dans les années 1980 (devenus depuis musulmans de France), comme le révèle notamment un afin de Marianne .

La FEMYSO abrite quant à elle un panel d’organisations directement ou indirectement liées aux Frères musulmans. On y retrouve pêle-mêle la Communauté islamique Millî Görüs, relais de la propagande de Recep Erdogan en Europe, les Etudiants musulmans de France, association créée par Fouad Alaoui, futur président de la Confrérie UOIF, ou encore la Ligue musulmane de Belgique, équivalent belge de l’UOIF. L’action du FEMYSO en Europe consiste en un lobbying visant notamment à publier des campagnes de communication et d’affichage en faveur de la liberté du port du voile, des projets de recherche, ou encore l’organisation de séminaires pour que les jeunes européens apprennent à dénoncer dans les médias tout discours remettant en cause la présence de l’islam en Europe comme étant responsable de la vague d’attentats islamistes survenue ces dernières années.

En particulier, la FEMYSO a régulièrement attaqué la France, notamment pour le vote des lois de 2004 (restreignant le port de signes religieux ostensibles à l’école) et de 2010 (interdisant le port du voile intégral dans l’espace public).


VOIR ÉGALEMENT – La dissolution de BarakaCity est « Politique» dénonce son fondateur



[ad_2]

lefigaro -fp

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.