Skip to content
Passe de bras entre les avocats de Twitter et Musk sur les données à fournir


Les avocats d’Elon Musk et de Twitter ont donné mercredi, lors d’une audience préliminaire, un aperçu des arguments qu’ils pourraient faire valoir lors du procès pour contraindre, ou non, l’entrepreneur à racheter le réseau social.

• Lisez aussi : Twitter accusé de manipulation par son ex-chef de la sécurité

• Lisez aussi : Rachat de Manchester United : « c’est une blague », corrige Elon Musk

• Lisez aussi : Elon Musk vend pour près de 7 milliards de dollars d’actions Tesla

L’avocat de M. Musk a tenté de convaincre la juge en charge du dossier, Kathaleen McCormick, d’obliger Twitter à partager beaucoup plus de données sur ses utilisateurs afin de vérifier que le réseau social ne mentait pas sur les faux comptes présents parmi ses abonnés.

Mais le milliardaire veut seulement qu’ils les arrangent à sa manière et surtout, aurait dû les demander avant d’accepter de racheter l’entreprise, a rétorqué l’avocat de la plateforme, Bradley Wilson.

Les deux parties ont été convoquées pour discuter des informations à partager avant le procès prévu en octobre.

L’équipe d’Elon Musk demande un accès plus large à la méthode et aux données utilisées par Twitter pour calculer la proportion de faux comptes et de spams, estimée à moins de 5% par la plateforme, à bien plus par l’entrepreneur.

Mais cette demande n’est pas « pertinente », a rétorqué l’avocat de Twitter, car la plateforme a toujours, dans les documents officiels, présenté ce chiffre comme « une estimation ».

Et le dernier a été publié en février, « avant que M. Musk ne contacte Twitter au sujet d’une éventuelle acquisition ».

Même si Twitter accédait à toutes les demandes de M. Musk, cela représenterait « des milliards et des milliards de données », a souligné Bradley Wilson. Et cela pourrait violer les règles de la plateforme, voire certaines lois, concernant la protection des données privées.

La plate-forme pourrait éventuellement partager des données limitées couvrant 9 000 comptes et un quart, a-t-il concédé. Mais l’équipe de M. Musk veut probablement surtout pouvoir « faire son propre décompte et voir s’il peut trouver un chiffre différent ».

L’avocat de M. Musk, Alex Spiro, a également accusé la plateforme de mettre publiquement en avant le nombre d’utilisateurs actifs quotidiens dits « monétisables » dans ses résultats financiers plutôt que d’autres critères montrant une stagnation voire une baisse. de son activité.

« Ils ont une incitation économique à tromper » les investisseurs, a-t-il dit avant d’évoquer la plainte d’un lanceur d’alerte, ancien chef de la sécurité de la plateforme, transmise aux autorités américaines début juillet et rendue publique mardi.

Dans ce document, Peiter Zatko affirme que l’entreprise privilégie la croissance de son nombre d’utilisateurs à la lutte contre les spams et les bots (comptes gérés par un logiciel et non un humain).

Mais Twitter a toujours indiqué dans ses résultats financiers qu’il prend en compte d’autres critères pour évaluer ses performances, même si le groupe ne les détaille pas forcément, a rétorqué son avocat.

La juge n’a pas dit quand elle prendrait sa décision.



journaldemontreal-borsa

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.