Skip to content
Plus de 260 projets artistiques sélectionnés pour la commande publique « Nouveaux Mondes »

Capturez les sons des grottes préhistoriques de la Vézère pour les reproduire comme un opéra ; créer une « rhapsodie juridique », à partir des archives parlementaires de la loi de séparation de l’Église et de l’État de 1905, qui mêle paperwork historiques, rapports de dialogue et débats ; détourner les déchets plastiques qui envahissent les fonds marins pour les recycler en mobilier d’accueil ; concevoir un lustre en verre inspiré de la flore du parc du château de Bussy-Rabutin (Côte-d’Or) ; imaginez des meubles de contemplation en tilleul, paille, sarrasin pour le cairn de Barnenez (Finistère) ; and so on.

Ce sont quelques-uns des 264 projets artistiques qui viennent d’être sélectionnés dans le cadre de la commande publique Mondes nouvelles. Dotée d’un finances de 30 hundreds of thousands d’euros financé par le plan de relance, cette opération, voulue par Emmanuel Macron, vise « Donner un nouvel horizon après la crise sanitaire et créer un nouveau dialogue entre l’Etat et les artistes », insiste l’entourage du président. Dans ce cadre, lundi eight novembre, le chef de l’Etat devait recevoir, à l’Elysée, les lauréats de cette « Appel à créations ».

Lire aussi Article réservé à nos abonnés L’Etat lance une commande de 30 hundreds of thousands d’euros aux jeunes artistes

Ces 264 projets mêlant toutes disciplines (85 issus de collectifs) sont portés par 430 artistes. Peu connus ou connus (comme le musicologue François Meïmoun, la réalisatrice Maroussia Pourpoint, le plasticien et mathématicien Laurent Derobert, le peintre Xinyi Cheng, and so on.), 60% d’entre eux ont moins de 40 ans. Certaines de ces futures créations « Résonnera » avec des websites patrimoniaux gérés par le Centre des monuments nationaux ou le Conservatoire du littoral.

Le comité artistique chargé de la sélection a reçu quelque 3 200 projets : « Un nombre merveilleusement effrayant », résume son président, Bernard Blistène, ancien directeur du Musée nationwide d’artwork moderne, au Centre Georges-Pompidou. Remark s’est fait le choix ? « Nous avons privilégié l’originalité, l’unicité, la générosité des projets et recherché l’équilibre entre les disciplines », il explique. 30 % des propositions concernent les arts visuels, 22 % le spectacle vivant et la musique, 15 % le design et 26 % sont pluridisciplinaires.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Bernard Blistène ou l’artwork de séduire l’Elysée

« Il ne s’agissait pas d’apporter un soutien financier à des projets déjà existants, mais d’écouter les aspirations des artistes, de leur demander : ‘à quoi pensez-vous, à quoi rêvez-vous ?’ Nous sommes partis de leurs souhaits et les accompagnerons tout au lengthy du processus de création ”, dit-on à l’Elysée.

Il vous reste 41,82 % de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.