Skip to content
plus de 80 morts dans les récentes violences, Poutine demande la désescalade

[ad_1]

Le Kirghizistan a annoncé que les affrontements avaient fait 46 morts de son côté en une semaine. Le Tadjikistan a évoqué la perte de 35 de ses citoyens.

Au moins 81 personnes ont été tuées cette semaine dans des affrontements frontaliers entre le Tadjikistan et le Kirghizistan, ont annoncé dimanche les deux parties, les pires violences depuis des années entre ces pays qui ont établi une fragile trêve. La situation à la frontière contestée de ces deux ex-républiques soviétiques d’Asie centrale était pourtant calme dans la journée, selon Bichkek, après la signature d’un cessez-le-feu d’urgence vendredi.

La diplomatie tadjike a publié dimanche de son côté sur Facebook un premier bilan détaillé, faisant état de 35 morts et 25 blessés dans les combats entre mercredi et vendredi, et affirmant que la plupart des morts étaient des civils. Cette source assure que l’armée kirghize a notamment tué douze personnes lors d’une frappe de drone sur une mosquée, six autres lors d’une autre attaque de drone contre une école, et sept autres lors d’un tir sur une ambulance. L’AFP n’a pas pu vérifier ces déclarations de source indépendante, dans un pays autoritaire très fermé à la presse.

De son côté, dans son dernier bilan, le ministère kirghize de la Santé a indiqué que 46 Kirghizes avaient été tués dans la région de Batken, située au sud-ouest du Kirghizistan et limitrophe du Tadjikistan. Bichkek a également déclaré que 140 personnes avaient été blessées et le ministre des Situations d’urgence Boobek Ajikeeb a déclaré dimanche que quatre soldats kirghizes étaient portés disparus. Le bilan des combats dépasse désormais largement celui des précédents grands combats frontaliers, en avril 2021, qui avaient causé la mort d’une cinquantaine de personnes et fait craindre un conflit de plus grande ampleur.

La situation s’est stabilisée dimanche

Dans des entretiens téléphoniques, le président russe Vladimir Poutine a appelé dimanche les présidents kirghize Sadyr Japarov et tadjik Emomali Rakhmon à éviter de nouveaux affrontements dans ces pays où Moscou joue historiquement le rôle d’arbitre. « Vladimir Poutine a appelé les parties à empêcher une nouvelle escalade et à prendre des mesures pour régler la situation dans les plus brefs délais, et ce uniquement par des moyens pacifiques et politico-diplomatiques», selon un communiqué du Kremlin. Pourtant, la situation semblait se stabiliser dimanche.

Dans un communiqué, le Comité d’État pour la sécurité nationale du Kirghizistan a indiqué qu’à partir de 14h00 heure locale (9h00 GMT) la situation à la frontière « resté calme, avec une tendance à se stabiliser« . « Sur la frontière, aucune tentative d’escalade ou de tir n’a été signalée. Les parties maintiennent leur accord pour un cessez-le-feu et le retrait des forces concernées, les travaux se poursuivent dans ce sens», a ajouté cette source.

Samedi, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a appelé par téléphone des responsables des deux parties « favoriser un dialogue pour un cessez-le-feu durablea déclaré un porte-parole des Nations unies. Samedi matin, le ministère tadjik de l’Intérieur a déclaré que des civils avaient été tués au Tadjikistan lors de violations de la trêve, sans en préciser le nombre depuis. Une fusillade entre les deux pays en début de semaine avait déjà causé la mort de deux gardes-frontières tadjiks et des blessés.

La frontière entre le Tadjikistan et le Kirghizistan est le théâtre de combats réguliers. Près de la moitié des 970 kilomètres de frontière commune est contestée depuis l’éclatement de l’URSS, sur fond de tensions sur l’accès aux ressources. En avril 2021, une éruption de violence a fait plus de 50 morts et fait craindre un conflit de plus grande ampleur.

VOIR ÉGALEMENT – Images d’une ville du Kirghizistan bombardée à la frontière avec le Tadjikistan ce vendredi 16 septembre

[ad_2]

lefigaro -fp

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.