Skip to content
« Pour espérer gagner, Valérie Pécresse doit retrouver un droit de conviction et de fermeté »


ENTRETIEN MAJEUR – Alors que LR vient de nommer son candidat pour 2022, le directeur général de la Fondation pour l’innovation politique analyse les défis qui l’attendent. Elle devra tenir compte du maintien du droit au droit d’un électorat où la composante populiste est devenue majoritaire.

LE FIGARO. La droite a enfin désigné son candidat à la présidentielle. Comment avez-vous jugé ce « primaire » fermé par rapport à 2017 ?

Il faut d’abord faire un constat : malgré les difficultés qu’ils rencontrent depuis 2017, malgré une procédure décidée tardivement et engagée in extremis, les LR ont pu désigner un candidat après une série de quatre débats honorables. EELV et LR sont les seuls à avoir pris le risque de la primaire. De plus, ils l’ont fait en forçant le retour de deux élus qui les avaient quittés en 2017, Xavier Bertrand et Valérie Pécresse. Les débats ont peut-être semblé répétitifs et manquant de souffle ou de vision, mais ils ont permis l’émergence de quelques lignes de force, notamment la combinaison d’une sorte de libéralisme avec l’affirmation du pouvoir souverain, dans la volonté de promouvoir le travail, de réduire la pression fiscale, réformer l’Etat et affirmer l’autorité publique.

Alors que le candidat du PS

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 92% à découvrir.

La liberté, c’est aussi aller au bout d’un débat.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà inscrit? Connexion

lefigaro -fp

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.