actualité économiqueEntreprise

Pour lutter contre la fraude à la TVA, Bruxelles se digitalise

[ad_1]

Paolo Gentiloni, commissaire européen à l’Economie, lors d’une conférence de presse le 11 novembre à Bruxelles sur les prévisions économiques pour l’automne 2022. KENZO TRIBOUILLARD/AFP

DÉCRYPTAGE – La Commission européenne veut imposer la collecte sur des plateformes comme Uber et Airbnb. Et s’attaquer au mécanisme du « carrousel ».

« En ces temps difficiles, les finances publiques ont besoin de recettes fiscales saines et prévisibles et les citoyens exigent l’équité fiscale et des mesures fermes contre l’évasion et la fraude fiscales »a lancé jeudi le commissaire à l’Economie, Paolo Gentiloni.

Soulignant les pressions inflationnistes auxquelles sont actuellement confrontées les économies européennes ou la hausse des taux d’intérêt, le responsable italien a présenté une série de mesures visant à optimiser l’une des premières recettes fiscales des États membres et surtout les plus fraudées. parmi eux : la taxe sur la valeur ajoutée (TVA).

Unanimité requise

Les chiffres de l’exécutif européen sont en effet accablants. Selon une étude présentée le même jour, le manque à gagner est de près de 93 milliards d’euros de recettes de TVA en 2020, pour les 27 États membres. Avec 14 milliards d’euros perdus, la France est deuxième du classement, juste derrière l’Italie, qui a enregistré une perte de 26 milliards d’euros.

Pour lutter plus efficacement…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 71% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99 € le premier mois

Déjà inscrit? Connexion

[ad_2]

lefigaro -Économie et commerce

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page