Skip to content
Pourquoi l’Etat tarde à créer la carte Vitale biométrique


Le Sénat, majoritairement à droite, a voté, début août, la mise en place d’une carte Vitale biométrique pour lutter contre la fraude aux fausses cartes. Yann Avril/Pixavril – stock.adobe.com

DÉCRYPTAGE – Alors qu’il est réclamé depuis longtemps par la droite de faire cesser les fraudes aux allocations sociales, le gouvernement hésite. Et cela pour de nombreuses raisons.

Emmanuel Macron a proclamé la fin de l’abondance… Raison de plus pour renforcer l’arsenal de lutte contre la fraude. Car les Français auront du mal à accepter de faire des efforts si les mailles du filet ne se resserrent pas sur ceux qui abusent du système.

Début août, le Sénat, majoritairement à droite, a voté, dans le budget rectificatif pour 2022, la mise en place d’une carte Vitale biométrique pour lutter contre la fraude aux allocations sociales. L’objectif est que la petite carte verte intègre des données supplémentaires, comme une empreinte digitale, afin de s’assurer de l’identité de la personne demandant le remboursement des soins par la Sécu. Un dispositif longtemps réclamé par la droite et l’extrême droite : trois candidats LR à la primaire présidentielle (Xavier Bertrand, Michel Barnier, Éric Ciotti) avaient défendu cette idée, qui figurait déjà au programme de Nicolas Sarkozy en 2012, mais aussi à celui de Marine Le Pen lors des trois dernières élections présidentielles.

Après avoir…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 80% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99 € le premier mois

Déjà inscrit? Connexion

lefigaro -Économie et commerce

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.