Actualités françaises

Poutine est « irresponsable » de parler d’armes nucléaires « à la légère », accuse Washington

[ad_1]

POINT SUR LA SITUATION – Vladimir Poutine a laissé entendre mercredi que Moscou n’utiliserait l’arme nucléaire qu’en réponse à une telle attaque, tout en prévenant que « la menace d’une guerre nucléaire grandit ».

Au moins six civils tués dans une frappe russe près de Donetsk, Moscou tentant de « gel » les combats avant une offensive de printemps selon l’ONU, Zelensky personnalité de l’année 2022 du magazine Time… Le Figaro fait le point ce mercredi 7 décembre sur le conflit en Ukraine.

Poutine est « irresponsable » en parlant « à la légère » des armes nucléaires

Les États-Unis ont appelé« irresponsable » les dictons « légèrement » Le président russe Vladimir Poutine, qui a relativisé mercredi le risque de recours à l’arme nucléaire dans le conflit en Ukraine. Refusant de répondre directement à Vladimir Poutine, le porte-parole du département d’État américain, Ned Price, a souligné que « Tout discours léger sur les armes nucléaires est absolument irresponsable »après que le président russe a laissé entendre que la Russie n’utiliserait pas d’abord des armes nucléaires, mais seulement « en réponse » à une éventuelle frappe ennemie de ce type sur son territoire.

Après plusieurs menaces de responsables russes ces derniers mois, Vladimir Poutine a laissé entendre mercredi que Moscou n’utiliserait l’arme nucléaire qu’en réponse à une telle attaque. « Nous avons considéré les armes de destruction massive, les armes nucléaires, comme un moyen de défense. (L’utiliser) est construit autour de ce qu’on appelle la ‘frappe de représailles’ : si nous sommes frappés, nous sommes frappés en réponse », a ajouté le président russe. Il a néanmoins noté que « la menace d’une guerre nucléaire grandit »face à l’affrontement Russie-Occident autour de l’Ukraine, responsabilisant Américains et Européens. « Nous ne sommes pas devenus fous, nous savons ce que sont les armes nucléaires »a-t-il déclaré.

Au moins six civils tués dans une frappe russe près de Donetsk

Au moins six civils ont été tués et cinq autres blessés lors d’une frappe russe mercredi sur la ville de Kurakhove, à 50 km à l’ouest de Donetsk dans l’est de l’Ukraine, a déclaré le président Volodymyr Zelensky. « Les terroristes ont attaqué la paisible ville de Kourakhové. Un marché, une gare routière, des stations-service et des immeubles d’habitation ont été la cible de grèves. Au moins six civils ont été tués, cinq ont été blessés. »a-t-il annoncé sur les réseaux sociaux, le qualifiant de« inhumain » l’armée russe.

16 personnes ont également été tuées dans la collision d’un camion de l’armée russe et d’un minibus civil dans l’est de l’Ukraine. Dans un communiqué, le chef des séparatistes pro-russes à Donetsk, Denis Pouchiline, a annoncé ce bilan et précisé que l’accident s’est produit sur une route entre les localités de Torez et Chakhtiorsk. « Ce drame a coûté la vie à 16 personnes, dont certains de nos défenseurs », il a dit. 4 autres personnes ont été blessées.

Le conflit est « long », admet Poutine

« Bien sûr, c’est un long processus », a déclaré Vladimir Poutine lors d’une réunion télévisée avec son Conseil pour la société civile et les droits de l’homme, une assemblée pro-Kremlin. L’offensive lancée en février devait se solder par une victoire fulgurante de la Russie, mais l’armée ukrainienne, galvanisée par les armes occidentales, contraint la Russie à renoncer au printemps pour prendre Kyiv, puis à l’automne à se replier dans plusieurs autres régions. Répondant à l’un de ses interlocuteurs, Vladimir Poutine a relevé mercredi que « l’émergence de nouveaux territoires » était un « résultat significatif pour la Russie ». « La mer d’Azov est devenue une mer intérieure, c’est une chose sérieuse »proclame-t-il, en référence à cette mer bordant la Russie et le sud-est de l’Ukraine, dont Moscou contrôle désormais tout le rivage.

Le président Poutine a également évoqué les quatre régions ukrainiennes qu’il a revendiquées annexées fin septembre, alors que la Russie ne les contrôle que partiellement et que les combats y font rage avec les forces de Kyiv. Quelques minutes plus tôt, lors de ce même meeting, Vladimir Poutine était revenu sur la mobilisation de 300 000 réservistes civils : « Sur 300 000 de nos combattants mobilisés, nos hommes, nos défenseurs de la Patrie, 150 000 sont dans la zone d’opération ». Il a également déclaré que 77 000 sont déployés directement au combat. Les 150 000 autres sont toujours en formation en Russie.

 » VOIR ÉGALEMENT – Guerre en Ukraine : Vladimir Poutine reconnaît que le conflit est « long »

Moscou tente de « geler » les combats avant l’offensive de printemps, selon l’ONU

« Ce que nous voyons maintenant, c’est que la Russie essaie d’imposer une sorte de gel à cette guerre, au moins pour une courte période, afin qu’elle puisse se regrouper, réparer, récupérer et ensuite essayer de lancer une offensive plus importante au printemps prochain »a déclaré mercredi le chef de l’OTAN, Jens Stoltenberg. Le secrétaire général de l’Alliance atlantique a déclaré que les membres de l’OTAN continuent de fournir « sans précédent » des armes et un soutien à l’Ukraine, malgré les craintes d’un éventuel épuisement des stocks occidentaux. « Ajouter de nouveaux systèmes est tout aussi important que de s’assurer que les systèmes ou les armes que nous avons déjà livrés sont réellement opérationnels ou fonctionnent efficacement. Cela signifie qu’ils ont besoin d’une quantité importante de munitions, de pièces de rechange et d’entretien.a-t-il déclaré.

Zelensky nommée Personnalité de l’année 2022 par Time Magazine

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, incarnation de la résistance de son pays à l’invasion de la Russie, a été nommé personnalité de l’année 2022 par le magazine américain Tempsqui a également rendu hommage à« l’esprit de l’Ukraine ». « Pour avoir prouvé que le courage peut être aussi contagieux que la peur, pour avoir inspiré les peuples et les nations à s’unir pour la défense de la liberté, pour avoir rappelé au monde la fragilité de la démocratie – et de la paix – Volodymyr Zelensky et l’Esprit de l’Ukraine sont la personnalité 2022 du TIME An »écrit l’éditeur du Temps, Edouard Felsenthal. La distinction, accordée par le magazine new-yorkais depuis 1927, vise généralement à souligner le poids et l’influence d’une personnalité sur la scène internationale, pas nécessairement sa popularité.

 » VOIR ÉGALEMENT – La question du jour : les Ukrainiens ont-ils raison de mener des frappes sur le territoire russe ?

Colis suspects : l’adresse de livraison est celle d’un concessionnaire Tesla allemand

« Au cours des deux derniers jours, des colis suspects sont arrivés dans les ambassades en Italie, en Pologne, au Portugal, en Roumanie et au Danemark, ainsi qu’au consulat à Gdansk » en Pologne, portant leur nombre à « 31 dans 15 pays »a déclaré le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kuleba sur Facebook. « Les menaces contre nos diplomates continuent d’affluer », a-t-il déploré, une semaine jour pour jour après qu’une lettre piégée avait explosé et blessé légèrement un employé de l’ambassade d’Ukraine à Madrid (Espagne). Kyiv a alors commandé un « sécurité renforcée » pour toutes les ambassades dénoncent alors, deux jours plus tard, un « campagne de terreur planifiée » de Moscou, sans fournir aucune preuve.

Selon Dmytro Kouleba, « toutes les enveloppes ont la même adresse de livraison : le concessionnaire automobile Tesla dans la ville allemande de Sindelfingen »dans la banlieue de Stuttgart (sud-ouest), a-t-il indiqué dans son communiqué, donnant pour la première fois des détails sur les investigations en cours. « L’envoi (des colis) a été effectué dans des bureaux de poste qui n’étaient pas équipés de systèmes de vidéosurveillance », a-t-il précisé. Il a dit note « le niveau de professionnalisme » de la « les criminels » qui ont aussi « pris des mesures pour ne pas laisser de traces ADN sur les colis »rendant ainsi plus difficile l’enquête pour les retrouver.

Russie : un fugitif arrêté et soupçonné d’être un déserteur du groupe Wagner

Les forces de sécurité russes ont arrêté mercredi un fugitif accusé d’avoir blessé par balle un policier et soupçonné, selon les médias, d’être un déserteur du groupe paramilitaire Wagner qui combat en Ukraine. Dans un communiqué, la commission d’enquête russe, chargée des principales enquêtes criminelles, a indiqué que le suspect, âgé de 38 ans, a été arrêté dans le village de Kisselevo, dans la région de Rostov-sur-le-Don, frontalière avec l’Ukraine. Selon cette source, il est soupçonné d’avoir ouvert mardi le feu à la mitraillette sur des policiers, faisant un blessé, dans la ville de Novochakhtinsk.

Une courte chasse à l’homme a suivi qui a duré près de 24 heures jusqu’à son arrestation. Le suspect avait déjà été condamné par le passé pour « vol et cambriolage », a indiqué mercredi la commission d’enquête. Le média BAZA, proche des organes de sécurité russes, affirme que le suspect purgeait justement une peine pour « vol et cambriolage » dans une prison du pays, d’où il a été recruté par le groupe Wagner pour combattre en Ukraine. Mais il aurait alors déserté, selon BAZA. Interrogé sur le sujet, le patron de Wagner, Evguéni Prigojine, n’a ni confirmé ni infirmé l’appartenance du suspect à son groupe, tout en affirmant sur les réseaux sociaux que son équipe menait une « enquête ».

 » VOIR ÉGALEMENT – Russie : « Wagner est une sorte de monstre de Frankenstein », explique Darius Rochebin

[ad_2]

lefigaro -fp

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page