Skip to content
Poutine et Macron demandent une inspection par l’AIEA de la centrale nucléaire ukrainienne – Expat Guide to France


Le président russe Vladimir Poutine et son homologue français Emmanuel Macron ont appelé à des inspections indépendantes de la centrale nucléaire de Zaporizhzhia, occupée par Moscou, a annoncé vendredi le Kremlin.

Poutine « a souligné que le bombardement systématique par l’armée ukrainienne du territoire de la centrale nucléaire de Zaporizhzhia crée le danger d’une catastrophe à grande échelle qui pourrait conduire à la contamination radioactive de vastes territoires ».

Selon le Kremlin, les deux dirigeants ont appelé des experts de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) à inspecter la centrale « dès que possible » et « évaluer la situation réelle sur le terrain ».

« La partie russe a confirmé qu’elle était prête à fournir aux inspecteurs de l’Agence l’assistance nécessaire », indique le communiqué.

Dans un communiqué séparé, la présidence française a déclaré que Macron « soutenait l’envoi d’une mission d’experts de l’AIEA sur le site dans des conditions convenues par l’Ukraine et les Nations unies ».

Il a précisé plus tard que Poutine avait abandonné sa demande que l’équipe de l’AIEA se rende sur le site via la Russie, affirmant qu’elle pourrait arriver via l’Ukraine « dans le respect de la souveraineté ukrainienne ».

Poutine et Macron se reparleront « dans les prochains jours à ce sujet après des échanges entre les équipes techniques et avant le déploiement de la mission », a précisé l’Elysée.

La centrale nucléaire de Zaporizhzhia a été saisie par les troupes russes en mars et les récents combats autour d’elle ont soulevé le spectre d’un incident nucléaire comparable à Tchernobyl.

Kyiv et Moscou se sont mutuellement accusés cette semaine de préparer des « provocations » dans l’établissement.

L’usine – la plus grande d’Europe – a été la cible de plusieurs frappes ces derniers jours, augmentant les craintes d’une catastrophe nucléaire. Kyiv et Moscou ont échangé le blâme sur les attentats.

Les responsables ukrainiens se sont également opposés à une visite alors que le site est détenu par la Russie, affirmant que cela ne ferait que « légitimer l’occupation de la centrale ».

– Exporter les ‘obstacles’ –

Au cours du même appel – leur premier en près de trois mois – Poutine a déclaré à Macron que la Russie faisait face à des obstacles dans l’exportation de ses produits alimentaires et de ses engrais.

« Il existe encore des obstacles aux exportations russes mentionnées qui ne contribuent pas à la solution des problèmes liés à la sécurité alimentaire mondiale », a déclaré le Kremlin.

Mais le bureau de Macron a par la suite contesté cette affirmation, la qualifiant de tentative de « manipulation politique de cette question ».

« De notre point de vue, il n’y a aucun obstacle juridique ou opérationnel aux exportations de céréales russes », a-t-il déclaré.

Le mois dernier à Istanbul, la Russie et l’Ukraine ont signé des accords historiques avec la Turquie et les Nations Unies qui ont ouvert des couloirs sécurisés pour que les exportations de céréales quittent les ports ukrainiens de la mer Noire.

Un accord similaire signé au même moment permettait à la Russie d’exporter ses produits agricoles et ses engrais malgré les sanctions occidentales contre l’intervention militaire de Moscou en Ukraine.

expatica

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.