Skip to content
Près de 30 morts dans le naufrage d’un bateau de migrants au large de Calais

Le naufrage, mercredi, au large de Calais d’un bateau transportant des migrants, tentant de rejoindre la Grande-Bretagne, a fait 27 morts, selon la police.

Vingt-sept migrants sont morts mercredi 24 novembre dans le naufrage de leur bateau dans la Manche, au large de Calais, où le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, est attendu dans la soirée.

Cette tragédie, qualifiée de « tragédie » par le Premier ministre Jean Castex, est la plus meurtrière depuis l’envolée, en 2018, des traversées migratoires de la Manche, face au confinement croissant du port de Calais et de la Eurotunnel utilisé jusqu’à présent. là-bas par des migrants essayant d’atteindre l’Angleterre.

>> Sur Infomigrants : Quads, 4×4 et caméras pour contrer les passages illégaux dans le nord de la France

« Mes pensées vont aux nombreux disparus et blessés, victimes de passeurs criminels qui exploitent leur détresse et leur misère », a ajouté Jean Castex dans un message posté sur Twitter, assurant suivre « la situation en temps réel ».

Avant ce naufrage, le bilan depuis le début de l’année s’élevait à trois morts et quatre disparus. En 2020, six personnes ont été tuées et trois autres étaient portées disparues. Quatre décès ont été enregistrés en 2019. Les opérations de secours se sont poursuivies jusqu’en fin d’après-midi.

« Vers 14h00, un pêcheur a signalé la découverte d’une quinzaine de corps flottant au large de Calais. Un navire de la Marine nationale a récupéré plusieurs corps, dont cinq morts et cinq inconscients, selon un bilan provisoire », a indiqué la Marine nationale. Ministère de l’Intérieur.

Enquête ouverte

« Forte émotion devant le drame des nombreux morts dus au chavirement d’un bateau de migrants dans la Manche. On ne dira jamais assez le caractère criminel des passeurs qui organisent ces traversées », a tweeté le ministre.

Le parquet de Dunkerque a annoncé à l’AFP l’ouverture d’une enquête pour « aide à l’entrée au séjour irrégulier en groupe organisé » et « homicide involontaire aggravé ».

Selon la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord, trois hélicoptères et trois bateaux participent aux recherches.

Les tentatives de migration outre-Manche à bord de petits bateaux ont doublé ces trois derniers mois, a prévenu vendredi dernier le préfet maritime de la Manche et de la mer du Nord, Philippe Dutrieux, dans un entretien à l’AFP.

Au 20 novembre, 31 500 migrants avaient quitté la côte depuis le début de l’année et 7 800 migrants avaient été secourus, a-t-il précisé. Une tendance, avait-il remarqué, qui ne faiblit pas malgré les températures hivernales.

Selon Londres, 22 000 migrants ont effectué la traversée au cours des dix premiers mois de l’année.

Philippe Dutrieux explique notamment ce phénomène par « le cynisme des organisations qui sont derrière ces passages, qui jettent les migrants à l’eau car c’est une entreprise qui paie bien ».

Londres et Paris sont convenus de renforcer leur coopération pour tenter d’arrêter ces départs, après une montée de la tension au lendemain de l’arrivée, le 11 novembre, de 1.185 migrants sur les côtes anglaises, un record.

Avec l’AFP

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.