Skip to content
Près de deux Français sur trois envisagent de profiter des promotions du Black Friday


Or, le budget moyen alloué à l’événement commercial baisse cette année sous l’effet de l’inflation.

Rares sont les Français qui n’en ont jamais entendu parler. En quelques années, le Black Friday, pratique commerciale venue des Etats-Unis, s’est imposé en France à une vitesse vertigineuse. Aujourd’hui, 96% des Français identifient cet événement et près des deux tiers (63%) en entendent profiter, selon une étude du Boston Consulting Group (BCG). Par rapport à l’an dernier, le taux d’activité a bondi de 12 points, preuve de son probable succès malgré l’inflation, qui ne pèse que sur le budget des ménages.

Cependant, la hausse générale des prix n’est pas sans conséquences pour l’édition 2022 du Black Friday. Le budget moyen que les Français prévoient de dépenser ce vendredi atteint 255 euros, soit 15 % de moins que l’an dernier. La raison est évidente : 81% des répondants ressentent les effets de l’inflation et 42% d’entre eux puisent déjà dans leur épargne pour payer leurs dépenses quotidiennes.

L’étude du BCG met en lumière une certaine forme d’exception française. En Allemagne, par exemple, le budget moyen alloué au Black Friday est plutôt de 290 euros ; c’est même 300 euros pour nos voisins suisses. « A l’international, les consommateurs français sont parmi ceux qui réduisent le plus leurs dépenses en biens non essentiels», indiquent les consultants, qui citent la proportion de 55 %.

Ainsi, près de quatre Français sur dix consomment davantage de produits d’occasion (39 %), faisant du pays l’un des plus friands de produits d’occasion. Mais si l’inflation y est pour quelque chose, la sensibilité croissante des Français aux questions environnementales joue également un rôle dans ce succès. Un peu plus de 70% des sondés souhaitent faire des achats plus éco-responsables lors du Black Friday. Contrairement aux idées reçues, ce ne sont pas les plus jeunes qui privilégient les achats durables, mais les plus de 45 ans.

lefigaro -fp

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.