Skip to content
Programmes d’aide aux entreprises : 68 millions de dollars aux entreprises ne répondant pas aux critères


La gestion des programmes d’aide aux entreprises pendant la pandémie n’a pas toujours été adéquate, tranche le Vérificateur général du Québec. Le ministre de l’Économie a autorisé 68 millions de dollars de prêts à au moins 10 entreprises qui ne répondaient pas à tous les critères de sélection.

• A lire aussi : – Dépassements de coûts : la surchauffe inquiète le Vérificateur général

Mercredi, la vérificatrice générale (VG), Guylaine Leclerc, a déposé son rapport annuel à l’Assemblée nationale.

Dans le document, elle écorche notamment le ministère de l’Économie et de l’Innovation et Investissement Québec pour leur gestion du Programme temporaire d’action concertée pour les entreprises (PACTE) et du Programme d’aide d’urgence aux petites et moyennes entreprises ( PALM).

Ces deux soutiens temporaires ont été mis en place au printemps 2020 en urgence pour venir en aide aux entreprises secouées par la pandémie. Ces programmes avaient une enveloppe de plus de 3 milliards de dollars.

Le VG considère, entre autres, que les critères d’éligibilité rendus publics au PACTE « n’étaient pas complets et transparents », ce qui signifie qu’il est « possible que certaines entreprises n’aient pas déposé de demande d’aide. , estimant qu’ils n’étaient pas éligibles au programme ».

Dans le cadre de son enquête, le VG a également constaté que plusieurs entreprises, ayant bénéficié des sommes distribuées par le gouvernement Legault, ne répondaient pas à tous les critères des programmes.

Par exemple, certains étaient déjà en difficulté financière avant la pandémie. D’autres n’avaient pas encore démontré leur rentabilité.

Le ministère et IQ ont également accepté des prêts pour répondre à «  » des besoins qui n’étaient pas liés à la pandémie, mais plutôt à la croissance de l’entreprise. « Des sommes auraient également été attribuées pour des « dépenses liées à un projet d’immobilisations qui n’étaient pas admissibles ».

Pour le PAUPME, le VG est d’avis que le traitement des demandes d’aide « n’a pas toujours été équitable d’une MRC à l’autre ».

« Le manque d’uniformité dans les exigences et les critères utilisés a conduit à des injustices pour certaines entreprises qui ont vu leur candidature refusée alors qu’elle aurait pu être acceptée si ces entreprises avaient été localisées dans une autre MRC », peut-être. lire dans un résumé du rapport.

Plus de détails à venir…

VOIR ÉGALEMENT

journaldemontreal-borsa

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.