Skip to content
Prostate : quand s’inquiéter ?


Qu’est-ce que la prostate ? Quels sont les signes d’un problème de prostate ? Quand s’inquiéter des mictions fréquentes Quels sont les principaux avis ? Nos réponses.

« Dès qu’un homme de plus de cinquante ans apparaît dans mon champ de vision, je me demande s’il a des problèmes de prostate », note l’écrivain Tahar Ben Jelloun qui raconte dans Ablation le parcours d’un de ses amis atteint d’un cancer. C’est en effet vers 50 ans que la prostate commencera vraiment à faire parler de lui. Bien sûr, certains hommes souffriront d’une prostate enflammée (prostatite) avant cet âge. Mais leur nombre n’est pas à la hauteur de celui des hommes qui rencontreront des problèmes urinaires à partir de la cinquantaine.

Dans la question? L’élargissement naturel de la prostate qui va comprimer l’urètre. Ainsi, 50 % des hommes de 50 ans ont une grosse prostate, ceux de 60 ans, 60 %, ceux de 70, 70 %, etc. En France, environ 1 million d’hommes de plus de 50 ans sont touchés par ce qu’on appelle l’hyperplasie bénigne de la prostate. Généralement sans gravité, elle peut néanmoins être très gênante et nécessiter un traitement médical, voire une opération.

Plus inquiétant, mais aussi moins fréquent, le cancer de la prostate apparaît également à cette période de la vie. Chaque année, plus de 50 000 tumeurs de la prostate sont diagnostiquées en France, dans 66 % des cas chez les hommes de 65 ans et plus. C’est un cancer de bon pronostic, dont la mortalité a diminué depuis les années 1990. A l’heure actuelle, la principale difficulté reste de distinguer clairement entre les tumeurs non agressives qui ne nécessitent pas de traitement et dont on ne meurt pas, de celles qui sont à risque de métastases.

La maladie de la prostate peut être :

– d’origine infectieuse ou inflammatoire – » c’est une prostatite

– tumeur bénigne – »c’est un adénome

– tumeur maligne – « c’est un cancer

LIRE AUSSI  » Cancer de la prostate : identifier les patients qui n’ont pas besoin de traitement

Qu’est-ce que la prostate ?

La prostate, une glande sexuelle cachée sous la vessie, fait partie du système reproducteur masculin. Il sécrète un liquide nutritif pour le sperme, qui entre dans la composition du sperme et contribue pour un tiers au volume de ce dernier.

Une glande creuse

Située juste en dessous de la vessie devant le rectum, la prostate est une glande creuse à travers laquelle passent le canal urétral et le canal éjaculateur. Il a la taille et la forme d’un châtaignier, mesurant 3 à 4 cm de long et 3 à 5 cm de large.

Deux tissus différents

La prostate est une glande constituée de tissu glandulaire, composé d’environ 100 petites glandes qui produisent du liquide et d’un tissu de soutien appelé stroma. Ce dernier est formé d’un tissu fibreux contenant des vaisseaux, des artères et des veines, et des fibres musculaires lisses.

Une enveloppe protectrice

La prostate est enveloppée par la capsule, sauf dans ses parties supérieure et inférieure, où se trouvent les sphincters. Sa face postérieure est traversée par un sillon médian séparant deux lobes. Deux glandes annexes y sont attachées : les vésicules séminales.

Quels symptômes doivent alerter ?

Toute modification de la taille, du volume ou des tissus de la prostate peut entraîner des problèmes sexuels ou urinaires.

La localisation de la prostate, à l’intersection des canaux éjaculateurs et de l’urètre, en fait un organe important pour la sexualité et la fertilité masculines, mais aussi pour une bonne miction.

Le passage de l’urine moins facile

La prostate entoure l’urètre, le canal qui transporte l’urine de la vessie vers l’extérieur. Il ne joue pas un rôle véritablement actif lors de la miction, mais son inflammation ou son augmentation de volume peut entraîner des symptômes urinaires invalidants. C’est alors un jet d’urine faible malgré le besoin d’uriner, une sensation de mauvaise vidange de la vessie, comme si elle n’était pas complètement vidée après la miction, une présence de gouttes tardives, des mictions fréquentes, un besoin d’uriner peu après la dernière miction (pollakiurie) ou difficulté à se retenir (urgence) entraînant le besoin de se lever plusieurs fois par nuit.

Difficultés d’éjaculation

La prostate joue un rôle dans la production de spermatozoïdes, qui sont constitués du mélange de spermatozoïdes des testicules, de liquide séminal et de liquide prostatique. Lors de l’orgasme, elle participe à l’éjaculation en se contractant. L’urètre prostatique (partie de l’urètre qui traverse la prostate) est alors fermé à ses deux extrémités par un sphincter qui permet le stockage temporaire du sperme et son expulsion lors de l’éjaculation.

Un impact sur la sexualité

La prostate ne joue aucun rôle dans une érection. Cependant, les hommes qui souffrent plus fréquemment que les autres de symptômes liés aux maladies de la prostate présentent des troubles de leurs fonctions sexuelles (diminution du désir, troubles de l’éjaculation, de l’orgasme et de la dysfonction érectile). La découverte d’un dysfonctionnement sexuel chez un homme devrait conduire à une recherche d’une maladie de la prostate et vice versa.

LIRE AUSSI  » Les infections urinaires chez les hommes et les femmes ne sont pas les mêmes

Toute modification de la taille, du volume ou des tissus de la prostate peut entraîner des problèmes sexuels ou urinaires.

Quelles sont les critiques clés ?

• Dosage sanguin

Une prise de sang permet de connaître le taux d’une protéine naturellement produite par la prostate, l’antigène prostatique spécifique ou PSA. Une augmentation de ce niveau par rapport aux valeurs normales (inférieures à 4 ng/ml) peut être le signe d’une anomalie. Ce test sanguin ne nécessite pas que vous soyez à jeun. Il est simplement déconseillé de le réaliser après un toucher rectal.

Examen rectal

Cet examen clinique consiste à insérer un doigt ganté et lubrifié à travers l’anus pour accéder à la face postérieure de la prostate, située contre le rectum. En règle générale, le patient est allongé sur le dos, les genoux pliés sur la poitrine, les jambes écartées. Le médecin (proctologue ou urologue) évalue ainsi le volume de la prostate, sa souplesse et la consistance de ses tissus.

Biopsie

Le médecin introduit un cathéter à travers l’urètre qui lui permet de voir la prostate, et une aiguille pour prélever des morceaux de cellules prostatiques qui seront analysées au microscope.

Analyse d’urine

L’examen cytobactériologique des urines (ECBU) est prescrit afin de rechercher une éventuelle infection urinaire.

Comment la taille de la prostate est-elle mesurée?

Les urologues utilisent le volume plutôt que le poids pour caractériser la taille de la prostate, car c’est ce qui peut être mesuré par échographie. Une petite prostate a un volume de 30 à 40 ml ou un poids de 20 à 70 g. Une grosse prostate a un volume de 40 à 100 ml et un poids de 40 à 125 g.

Vous souffrez de problèmes urinaires ?

Le questionnaire International Prostate Symptom Score (IPSS) est un outil de dépistage et d’aide au diagnostic et au suivi des symptômes de l’hyperplasie bénigne de la prostate. Il est utilisé pour évaluer les troubles de la miction au cours du dernier mois.

Pour chaque question, le score (de 0 à 5) est défini comme suit : 0 = Jamais.

1 = environ 1 sur 5

2 = Environ 1 sur 3

3 = Environ 1 sur 2

4 = Environ 2 fois sur 3

5 = Presque toujours.

Le questionnaire International Prostate Symptom Score (IPSS) est utilisé pour évaluer les troubles mictionnels au cours du mois dernier. 234893479 / Khunatorn – stock.adobe.com

1) Au cours du dernier mois, combien de fois avez-vous eu l’impression que votre vessie n’était pas complètement vidée après avoir uriné ?

0 1 2 3 4 5

2) À quelle fréquence avez-vous eu besoin d’uriner à nouveau dans les 2 heures suivant la fin d’uriner ?

0 1 2 3 4 5

3) Combien de fois avez-vous eu une interruption dans le jet d’urine, c’est-à-dire démarrer le jet, arrêter, puis redémarrer ?

0 1 2 3 4 5

4) Après avoir ressenti le besoin, à quelle fréquence avez-vous eu des difficultés à retenir votre envie d’uriner ?

0 1 2 3 4 5

5) À quelle fréquence avez-vous eu une diminution de la taille ou de la force du jet d’urine ?

0 1 2 3 4 5

6) À quelle fréquence avez-vous dû forcer ou pousser pour commencer à uriner ?

0 1 2 3 4 5

7) Combien de fois par nuit, en moyenne, vous êtes-vous levé pour uriner (entre le moment où vous vous êtes couché le soir et le moment où vous vous êtes levé définitivement le matin) ?

0 1 2 3 4 5

Résultats

Votre score est compris entre 0 et 7 : symptomatologie considérée comme légère.

Votre score est compris entre 8 et 19 : symptomatologie considérée comme modérée.

Votre score est compris entre 20 et 35 : symptomatologie considérée comme sévère.


Nombres

3 à 4 heures

C’est l’intervalle qui est considéré comme normal entre deux mictions. On urine donc en moyenne 5 à 7 fois par jour. Se lever la nuit pour uriner n’est pas pathologique.

Source : AFU, 2021

2 millions

C’est le nombre de consultations réalisées en France chaque année pour une infection ou une inflammation de la prostate. Ces derniers, très fréquents entre 40 et 60 ans, représentent 9 % des rendez-vous d’urologues et 1 % des visites de médecins généralistes.

Source : Afu, 2010


Mictions fréquentes : ce n’est pas toujours la prostate

« Il y a 4 causes possibles quand on se lève plusieurs fois la nuit pour uriner : une hypertrophie bénigne de la prostate, une vessie trop sensible, un problème d’apnée du sommeil ou encore un problème cardiaque », précise l’urologue François Desgrandchamps. Pour en être sûr, il vous suffit de calculer votre volume d’urine la nuit.

Comment? ‘Ou quoi? En urinant dans une bouteille chaque fois que le besoin s’en fait sentir. « Si vous collectez plus de 700 ml pendant la nuit, c’est un problème différent de celui de la prostate. Elle peut être liée à l’apnée du sommeil. En effet, lors des pauses respiratoires, le corps sécrète un diurétique pour alléger le poumon afin que l’oxygène passe mieux. Ou il peut s’agir d’un problème cardiaque : le cœur pompe mal le sang qui stagne dans les membres inférieurs pendant la journée. Lorsque vous êtes allongé, le sang circule mieux, il est filtré par les reins qui font alors leur travail et sécrètent l’urine., explique le Pr Desgrandchamps.

Quant aux hommes ayant une vessie hypersensible, ils urineront souvent, nuit et jour, mais en petites quantités à chaque fois.

lefigaro -helth

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.