Skip to content
Qatar 2022 : Gabriel Gervais et Olivier Renard à Doha pour leurs gars


Doha, Qatar | Le président du CF Montréal, Gabriel Gervais, et son directeur sportif, Olivier Renard, sont à la Coupe du monde pour voir deux matchs de leurs protégés avec l’équipe canadienne.

• Lisez aussi : Qatar 2022 : les fans du Canada sont excités pour le duel contre la Belgique

• Lisez aussi : Qatar 2022 : la vie est… belge !

• Lisez aussi : Qatar 2022 : pas de bière ? Pas si grave

Le journal a causé une petite coïncidence et est allé à leur rencontre à la Maison du soccer du Canada, un espace temporaire aménagé dans un hôtel pour réunir les partisans la veille et les jours de match.

C’est le genre d’endroit où la bière coule à flot au bord de la piscine, où il y a un chanteur qui chante des airs locaux et où l’on sert de la poutine.

Le ton était donc donné pour une entrevue à saveur légèrement patriotique, même s’il s’agissait surtout des six représentants montréalais au sein de l’effectif feuille d’érable.

« On voulait venir encourager nos six joueurs qui sont ici et supporter le Canada, a dit Gervais.

« J’ai vu les six joueurs, ils ont travaillé si dur toute l’année pour pouvoir entrer dans l’équipe, le mérite leur revient », a-t-il poursuivi.

Fierté

Le contingent comprend Samuel Piette, Ismaël Koné, James Pantemis, Alistair Johnston, Kamal Miller et Joel Waterman. Renard, originaire de Belgique, en a recruté la plupart.

« Sans parler de mon propre travail, j’ai une fierté différente car pour chaque joueur ici, il y a presque six projets différents.

« Sam faisait déjà partie de l’équipe nationale, Alistair Johnston a continué à devenir un joueur essentiel, Kamal Miller ne jouait pas beaucoup à Orlando [en MLS] et il est devenu partant pour l’équipe nationale.

« Ismaël Koné vient des rues de Montréal, il y a encore un an d’ici.

Pour Gervais, qui a représenté la feuille d’érable entre 2004 et 2008, c’est l’aboutissement d’une sorte de rêve.

« Bien sûr, il y a eu des années plus difficiles avec l’équipe canadienne, mais maintenant ils [les joueurs] croire en eux. Le déclic s’est produit au cours des deux ou trois dernières années et c’est ce qui nous manquait.

« Dans les années où je jouais, nous avions de bonnes équipes et de bons joueurs individuels. Mais si je regarde ça très honnêtement, est-ce qu’on croyait qu’on pourrait un jour se qualifier pour la Coupe du monde ? C’est difficile à dire. »

pièce jointe spéciale

Et en plus des six joueurs du Bleu-Blanc-Noir, il y a des gens dans cette équipe qu’il aime et qu’il a rencontrés en tant que joueur.

« J’ai un grand attachement à l’équipe actuelle. Au-delà des six joueurs que nous avons, il y a Mauro Biello et Jason DeVos qui sont des adjoints, qui sont d’anciens coéquipiers, et il y a Atiba Hutchinson, le capitaine, avec qui j’ai joué.

Avez-vous des informations à partager avec nous sur cette histoire ?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs ?

Écrivez-nous au ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.



journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.