Skip to content
Quentin Delapierre et l’équipe de France savourent (enfin) le goût du triomphe


L’équipage mené par Quentin Delapierre a remporté l’épreuve de Cadix pour décrocher son premier titre sur ce circuit de multicoques volants.

Une belle première pour fêter dignement un anniversaire. Celle de l’arrivée de Quentin Delapierre à la barre du bateau français sur le circuit SailGP il y a tout juste un an. Nommé en remplacement du précédent skipper qui ne décollait pas, le Breton avait débuté sa carrière à Cadix (Espagne) par une belle frayeur. « Lors de mon premier Grand Prix, quand j’ai vu les manœuvres des autres à 50 nœuds, ça m’a glacé le sang. 40-50 nœuds avec des gars autour, ça donne beaucoup d’adrénaline», a-t-il confié au Figaro il y a deux semaines avant que le Grand Prix de Saint-Tropez ne conclue finalement à la quatrième place.

Ce dimanche, après un week-end parfaitement maîtrisé et une finale à trois qui s’est soldée par un mano à mano avec le bateau américain, Quentin Delapierre et son équipage ont enfin pu exulter. Et retrouvez la saveur d’une victoire sur ce circuit de multicoques de 15 mètres (50 pieds) volant à une vitesse vertigineuse. A Copenhague (deuxième) puis à Saint-Tropez, le bateau français avait déjà confirmé tous ses progrès en matière de vitesse en établissant un nouveau record du circuit, flashé à 99,94 km/h (53,87 nœuds).

Métamorphose

Les raisons de cette métamorphose ? Le chef skipper nous l’avait détaillé avant « Saint-Trop » : «On s’est mis à chercher pourquoi les autres bateaux allaient plus vite, ce n’est pas de la magie. On s’est posé les bonnes questions et on a avancé avec notre ADN. A savoir, soyez ouvert d’esprit, faites-vous confiance et ne pensez jamais que vous êtes arrivé, sans vous dire que l’herbe est plus verte ailleurs.A Cadix, ce dimanche soir, à l’issue de la 6e des 11 épreuves du circuit, il fait très bleu sinon vert…

lefigaro -sports

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.