Skip to content
Rapatriement d’un totem volé : une délégation aborigène visite l’Ecosse

[ad_1]

Une délégation de la Première nation Nisg’a de la Colombie-Britannique se rendra en Écosse lundi pour entamer des discussions avec le Musée national du pays afin de rapatrier un totem commémoratif volé en 1929.

« Ce sera la première fois de mémoire d’homme que les membres de la Maison de Nis’sjoohl pourront voir le mât commémoratif de nos propres yeux », a déclaré le chef de la nation, Earl Stephens, dans un communiqué. « Cette visite sera profondément émouvante pour nous tous. »

Le totem avait été volé par l’ethnologue Marius Barbeau qui l’a ensuite vendu au Scottish Museum. Il a mis la main dessus lorsque la communauté autochtone était absente du village pendant la saison de chasse annuelle, a déclaré la Première Nation.

« Le totem est un bien inestimable que nos respectables chefs héréditaires ont qualifié à juste titre de trésor culturel. Il raconte la relation de notre Maison avec la terre et avec notre peuple. Se le faire enlever, c’est enlever une partie de notre identité culturelle et une partie intégrante de l’histoire de notre nation », a déclaré Amy Parent, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en éducation et gouvernance autochtones à l’Université Simon Fraser de Vancouver.

Pour Mme Parent, ce serait donc un pas vers la réconciliation, puisque le Royaume-Uni a voté en faveur de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones.

La Première Nation a déjà eu plus de 300 trésors retournés par le Musée canadien des civilisations et le Royal BC en septembre 2010.

Mais à ce jour, un seul totem a été rapatrié avec succès d’un musée européen.

Le totem fera partie d’un projet de recherche visant à explorer la production et la transmission des connaissances dans la tradition nisga’a de sculpture rapatriée.



[ad_2]

journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.