Skip to content
Récession : des inquiétudes similaires à celles de 1990 au Canada


Le scénario d’une légère récession est à prévoir au Canada au premier semestre 2023, mais ne devrait pas atteindre celui ressenti en 1990, même si plusieurs inquiétudes demeurent similaires à celles de l’époque.

• Lisez aussi : Pas de forte récession au Québec en 2023, selon le grand patron de Desjardins

• Lisez aussi : Magasinage de Noël : les Québécois dépenseront plus malgré le pessimisme

• Lisez aussi : La hausse des taux d’intérêt : une source de stress pour les nouveaux propriétaires

La récession de 1990 a été marquée par une inflation élevée, des taux d’intérêt élevés et l’éclatement de la bulle immobilière de la fin de la décennie précédente, ont rappelé Randall Bartlett, directeur principal Économie canadienne et Lorenzo Tessier-Moreau, économiste principal chez Desjardins.

Il a ensuite fallu plus de trois ans pour que le niveau de production revienne aux niveaux d’avant la récession. Le taux d’épargne était néanmoins resté stable, mais cette période a surtout marqué la plus forte baisse de la consommation réelle des ménages enregistrée depuis la Seconde Guerre mondiale.

Les Canadiens pourraient également décider de restreindre leurs dépenses en 2023 et de maintenir un taux d’épargne plus élevé qu’actuellement, une situation qui pourrait donc entraîner une baisse de la consommation réelle.

Des hausses plus importantes des taux d’intérêt par la Banque du Canada pourraient également avoir des effets plus graves, comme une augmentation des cas d’insolvabilité.

Du côté du marché résidentiel, les nouvelles inscriptions pourraient être poussées à la hausse et créer un déséquilibre en faveur des vendeurs, comme durant les années 1990.

Un surplus d’épargne accumulé pendant la pandémie, un marché du travail tendu et des cibles d’immigration élevées devraient toutefois contribuer à maintenir un prix plancher des propriétés, selon les économistes de Desjardins.

Rappelons que dans son scénario le plus plausible, Desjardins prévoit que la croissance annuelle du PIB réel devrait demeurer stable en 2023 et que la consommation réelle des ménages devrait croître de 1,6 %.

Dans un scénario plus pessimiste mais moins probable, l’institution bancaire prévoit une baisse de 1,5 % du PIB réel et une baisse de 1,1 % de la consommation réelle des ménages.



journaldemontreal-borsa

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.