Skip to content
Réseaux sociaux : combien peut-on gagner en étant influenceur ?


Elles s’appellent Lena Situations, Emma Chamberlain ou encore Kim Kardashian. Les influenceurs les plus populaires ont bâti leur business grâce aux réseaux sociaux. Un business qui peut rapporter gros, même pour les micro-influenceurs. Mais à quels tarifs pouvez-vous prétendre à votre niveau ? On vous dit tout !

• Lisez aussi : Loteries illégales sur TikTok : sous le choc, l’un des influenceurs suspend un tirage en direct

C’est devenu un business comme un autre. Le business de l’influence pèse lourd. 16,4 milliards de dollars : c’est ce que devrait représenter l’industrie du marketing d’influence d’ici fin 2022. C’est en tout cas ce que révèle l’étude Kolsquare. se concentre notamment sur les taux moyens des KOLs, les « Key Opinion Leaders », ou influenceurs, pour produire du contenu sur les réseaux sociaux Instagram, Twitter, Facebook, Snapchat, YouTube, TikTok et Twitch.

Tout d’abord, les revenus sont distingués selon cinq types d’influenceurs : les nano-influenceurs avec moins de 10 000 abonnés, les micro-influenceurs entre 10 000 et 100 000 abonnés, les macro-influenceurs et Top-influenceurs avec plus de 100 000 abonnés, et ceux avec plus plus de 3 millions d’abonnés.

Grâce à la diversité de ses formats, Instagram est le réseau social qui propose plusieurs façons de gagner de l’argent. Comptez jusqu’à 228 dollars canadiens pour un simple post d’un nano-influenceur contre, au moins, 34 000 dollars canadiens pour une célébrité suivie par des millions d’utilisateurs sociaux. Les lives peuvent également vous rapporter un petit jackpot de 11 000 dollars canadiens pour les macro-influenceurs et jusqu’à 48 000 dollars canadiens pour un Reel d’un Top-influenceur. Les tarifs moyens peuvent même atteindre plusieurs centaines de milliers de dollars canadiens pour les plus gros influenceurs.

Malgré les critiques, Instagram reste la plateforme préférée du marketing d’influence avec un taux d’engagement moyen de 5,7%. Un succès qui a permis une hausse de prix d’environ 20% pour Reels. Ce format est l’un des plus aboutis puisque plus de 45% des comptes sur Instagram interagissent avec un Reel au moins une fois par semaine, et il génère 22% d’engagement en plus par rapport aux vidéos traditionnelles de la plateforme.

N’oubliez pas TikTok cependant. Le challenger a vu ses créateurs de contenu augmenter leur prix de 20%. Même son de cloche chez Twitch où les streamers ont augmenté leurs prix d’environ 15%. La plateforme a observé un bond de 60 % du nombre de ses créateurs de contenu entre 2020 et 2021.

A noter que YouTube reste un concurrent de taille grâce à son format « Shorts », qui réalise en moyenne 3,5 milliards de vues par jour. Si la plateforme se base sur le nombre de vues pour rémunérer ses créateurs, elle reste la plateforme aux tarifs les plus attractifs quel que soit leur niveau d’influence. Un nano-influenceur peut gagner jusqu’à 3 400 dollars canadiens en moyenne pour une vidéo et jusqu’à 69 000 dollars canadiens pour les Top-influenceurs.



journaldemontreal-borsa

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.