Skip to content
Rien n’est facile avec les Sénateurs


Le retour au travail ne s’est pas très bien passé pour les Sénateurs d’Ottawa lundi, mais les membres de l’organisation tiennent à persévérer dans ce qui s’annonce comme un véritable parcours du combattant.

• Lire aussi : Plusieurs semaines d’absence pour Brayden Point

• Lire aussi : Zdeno Chara, le septième joueur des Islanders à contracter COVID-19

Après avoir retrouvé huit de ses 10 joueurs de hockey aux prises avec le COVID-19 – Drake Batherson et Nikita Zaitsev le sont toujours – le club de l’instructeur-chef DJ Smith s’est au moins très bien défendu face à l’Avalanche du Colorado. D’ailleurs, le tour du chapeau de Zach Sanford l’avait mis en bonne position pour créer la surprise. D’avance 5 à 4 avec une quinzaine de minutes à passer en troisième période, les « Sens » ont pourtant vu leurs rivaux inscrire trois buts consécutifs, dont celui de la victoire avec 1 min 33 s au compteur, pour aller chercher un gain de 7 à 5.

Dernier de la section Atlantique avec neuf points et un calendrier restreint qui se profile à l’horizon puisque trois de ses matchs ont dû être reportés, Ottawa a beaucoup de travail et aurait plusieurs raisons de se décourager, mais il vaut mieux garder le plomb haut.

« Les gars ont fait de leur mieux pour rester suffisamment en forme pour jouer. Nous avons essayé d’utiliser nos patins aussi efficacement que nous le pouvions et maintenant, nous voulons simplement nous réunir en tant que groupe, a déclaré le pivot Josh Norris avant l’affrontement de lundi, selon le quotidien « Ottawa Sun ».

« Pour être honnête avec vous, la pause a été bonne pour nous mentalement. On remet simplement les compteurs à zéro pour se recentrer. Nous voulons nous en sortir et avoir un bon départ pour continuer cette saison. « 

Sentiment de déjà vu

Cependant, la vie est compliquée pour les Sénateurs, surtout hors de la patinoire. En raison de leurs récents troubles, ils ont dû commencer leur périple dans l’Ouest américain sous les mesures de confinement auxquelles ils ont été soumis l’année dernière. Ainsi, les joueurs et entraîneurs se sont retrouvés dans une bulle afin de restreindre leurs contacts avec le monde extérieur.

Par conséquent, les repas sont consommés à l’hôtel, que ce soit en groupe (au sein de l’équipe) ou à emporter. Les membres de la formation ne peuvent quitter l’établissement où ils séjournent, sauf pour prendre l’air. Pas question de traverser la rue pour boire un verre. Comme convenu par l’organisation, la Ligue nationale et l’Association des joueurs, il en sera ainsi jusqu’à ce que la situation soit considérée comme sous contrôle.

«Nous continuerons de suivre les protocoles de la ligue et du syndicat avant que tout le monde soit à 100% et que tout revienne à la normale. Nous ferons ce qu’ils nous demandent de faire, ce qui inclut rester à l’intérieur et simplement traîner », a commenté Smith.

Les Sénateurs poursuivront leur voyage en visitant les Sharks de San Jose mercredi. Par la suite, des arrêts chez les Ducks d’Anaheim et les Kings de Los Angeles sont prévus vendredi et samedi.

journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.