Skip to content
Russie : 48 personnes bloquées au fond d’une mine après un accident


Moscou | Quarante-huit personnes étaient portées disparues jeudi, bloquées dans une mine de charbon en Sibérie après un accident qui a fait au moins une mort, ont annoncé les autorités russes.

« Les opérations de sauvetage à la mine de Listviajnaya sont en cours. Au total, 237 personnes ont été ramenées à la surface et 45 personnes ont été blessées », a déclaré le ministère russe des Situations d’urgence à Telegram.

« Quarante-huit personnes sont toujours dans la mine. Les forces et moyens du ministère travaillent sur place », a poursuivi cette organisation en charge notamment des pompiers et des secouristes.

« Leur localisation n’est pas connue à l’heure actuelle », a déclaré le responsable local du ministère, Alexeï Choulguine, cité par l’agence de presse TASS.

Le service de presse du gouverneur de la région de Kemerovo, où se situe la mine, a pour sa part indiqué sur Telegram que 43 personnes avaient été hospitalisées, dont deux dans « un état grave ». « Une personne est décédée », a indiqué cette source.

Les causes précises de l’accident n’étaient pas connues dans l’immédiat.

« A 9h07, le ministère des Situations d’urgence a reçu une alerte concernant de la fumée dans la mine de Listviajnaïa, dans la commune de Gramoteïno », ont indiqué les services du gouverneur Sergueï Tsivilev.

Selon cette source, onze équipes de secours spécialisées du ministère sont sur place et plusieurs autres sont en route, en plus d’un hélicoptère avec des médecins à bord.

Les accidents dans les mines en Russie, comme ailleurs dans l’ex-URSS, sont souvent liés au laxisme dans l’application des normes de sécurité, à une mauvaise gestion ou à des équipements vétustes datant de l’époque soviétique.

L’accident le plus meurtrier de ces dernières années a fait 91 morts et plus de 100 blessés en mai 2010 dans la mine de Raspadskaya, dans la région de Kemerovo, où se trouvent de nombreuses mines de charbon.

journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.