Skip to content
Saeed Roustaee, le « wander boy » du cinéma iranien


Leïla et ses frèresun portrait de quatre frères et une sœur tenus dans la misère par une élite corrompue et un père tyrannique. Amirhossein Shojaei/Distribution du bouquet sauvage

PORTRAIT – Révélé par Loi de Téhéranle jeune cinéaste signe une fresque familiale qui a secoué la Croisette.

N’en déplaise à Asghar Farhadi qui n’a pas poussé à lui décerner un prix à Cannes, Saeed Roustaee incarne la nouvelle garde du cinéma iranien. Le réalisateur est né dans la galaxie du 7e l’art comme un boulet de canon grâce à son deuxième film, Loi de Téhéran (2021), un thriller social tendu, évoluant au cœur d’une société iranienne ravagée par la consommation de crack. En mai dernier, son troisième film, Leïla et ses frères a été directement sélectionné en compétition officielle à Cannes et a secoué le public et la critique.

Avec sa crinière bouclée, sa barbe épaisse et son grand sourire franc, ce fougueux trentenaire ne s’embarrasse pas de détails. Il trace son chemin avec énergie, même s’il doit composer avec le gouvernement, qui en juin dernier a décidé d’interdire la sortie du film en Iran. « jusqu’à nouvel ordre » pour obtenir « enfreint les règles en participant sans autorisation à des festivals étrangers, à Cannes puis à Munich», a précisé le ministre iranien…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 83% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99 € le premier mois

Déjà inscrit? Connexion

lefigaro – divertissement

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.