Skip to content
Sergueï Lavrov persona non grata en Pologne pour la réunion annuelle de l’OSCE


La Pologne, qui accueille début décembre la réunion de l’OSCE, refuse l’entrée sur le territoire des membres de la délégation russe sanctionnés par l’Union européenne, dont le ministre des Affaires étrangères.

La Pologne, qui organise début décembre la réunion ministérielle de l’OSCE, a refusé l’entrée sur son territoire au ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, a indiqué vendredi à l’AFP la présidence de l’organisation. « Nous attendons de la Fédération de Russie qu’elle choisisse les membres de sa délégation conformément à la réglementation en vigueur », a expliqué une source au sein de cette présidence tournante annuelle, actuellement détenue par Varsovie. Selon elle, la délégation russe ne devrait pas « incluent ceux sanctionnés par l’Union européenne (UE) à la suite de l’agression illégale de la Russie contre l’Ukraine le 24 février, y compris le ministre Lavrov. »

Protestation de la délégation russe

Le porte-parole du ministère polonais des Affaires étrangères, Lukasz Jasina, a également déclaré à l’AFP qu’il n’avait pas prévu « La visite du ministre Lavrov à Lodz », ville du centre de la Pologne où se tient la réunion des 57 ministres des Affaires étrangères de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) les 1er et 2 décembre à Lodz. La présidence polonaise de l’OSCE affirme avoir reçu une lettre de protestation de la délégation russe à la suite de cette décision. Depuis sa création en 1975 en pleine guerre froide pour favoriser le dialogue Est-Ouest, l’OSCE est basée à Vienne, en Autriche. Contactée par l’AFP, la représentation russe à Vienne s’est refusée à tout commentaire.

La réunion ministérielle annuelle de l’OSCE, à laquelle Sergueï Lavrov participe habituellement, est l’organe central de cette organisation internationale, responsable de ses décisions. C’est l’occasion pour les ministres des Affaires étrangères de passer en revue le travail de l’OSCE dans tous ses domaines d’activité. Après l’invasion russe de l’Ukraine, la Pologne et les trois États baltes ont annoncé en septembre qu’ils s’étaient mis d’accord pour restreindre temporairement l’entrée des citoyens russes sur leur territoire, même les titulaires de visas européens.

VOIR ÉGALEMENT – Missile en Pologne : la Russie est « l’ultime responsable », selon le Pentagone

lefigaro -fp

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.