Skip to content
Six pays d’Afrique australe ajoutés à la liste rouge des voyages du Royaume-Uni en raison des préoccupations liées à la variante COVID-19


L’Afrique du Sud et cinq autres pays seront ajoutés à la liste rouge de l’Angleterre, un mois après la plus stricte les restrictions de voyage ont été levées.

Le retour de la liste rouge intervient alors que la variante B.1.1.529 COVID-19 a été détecté en Afrique du Sud et au Botswana.

Les voyageurs arrivant d’Afrique du Sud devront désormais se mettre en quarantaine à leur arrivée au Royaume-Uni, ainsi que cinq autres pays d’Afrique australe.

Sajid Javid, le secrétaire britannique à la Santé, a déclaré que six pays seraient ajoutés à la liste rouge à 12h00 GMT le vendredi 26 novembre. Il a également ajouté que les vols seraient temporairement interdits entre ces pays et le Royaume-Uni.

Les pays ajoutés à la liste rouge sont :

  • Afrique du Sud
  • Namibie
  • Zimbabwe
  • Botswana
  • Lesotho
  • Eswatini

« Les premières indications que nous avons de cette variante sont qu’elle pourrait être plus transmissible que la variante Delta et que les vaccins dont nous disposons actuellement pourraient être moins efficaces », explique Javid.

Selon lui, les scientifiques britanniques sont « très préoccupés » par cette variante.

« Nous demanderons à toute personne arrivant de ces pays à partir de 4 heures du matin dimanche de se mettre en quarantaine dans les hôtels », a déclaré Javid, ajoutant que ceux qui arriveraient avant cette date devront s’auto-isoler et effectuer deux tests PCR les deuxième et huitième jours de leur confinement.

« Et si quelqu’un est arrivé de ces pays au cours des dix derniers jours, nous lui demanderons de faire des tests PCR », ajoute-t-il.

La variante la plus inquiétante à ce jour

Les experts ont déclaré que la variante B.1.1.529 pourrait être la plus meurtrière et la plus inquiétante à ce jour. C’est à cause de son « horrible profil de mutation de pointe », qui, selon les scientifiques, pourrait l’aider à échapper à l’immunité. Les premiers rapports suggèrent qu’il est capable de réduire l’efficacité du vaccin à seulement 30 %.

Il y a déjà près de 59 cas identifiés de la variante en Afrique du Sud, à Hong Kong et au Botswana – que l’Organisation mondiale de la santé devrait nommer « Nu » – mais aucun n’a été signalé au Royaume-Uni.

On pense que les autorités espèrent désormais retrouver des centaines de personnes arrivées au Royaume-Uni en provenance d’Afrique du Sud au cours de la semaine dernière, dans le but d’éviter d’introduire la nouvelle souche.

Plus de 500 passagers arrivent chaque jour au Royaume-Uni en provenance d’Afrique du Sud.

À partir de 12h00 demain (vendredi), les résidents non britanniques et irlandais ne seront pas autorisés à entrer en Angleterre s’ils ont séjourné dans l’un des six pays interdits au cours des 10 derniers jours.

Tout résident britannique ou irlandais entrant en Angleterre après 04h00 dimanche doit se mettre en quarantaine dans un hôtel, ceux qui rentrent entre vendredi et dimanche doivent s’isoler chez eux.

Toute personne qui est revenue au cours des 10 derniers jours des six pays répertoriés sera invitée à passer un test PCR par l’Agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA).

La Grande-Bretagne a été parmi les pays les plus durement touchés par COVID-19, avec 144 000 décès depuis le début de la pandémie.

Le nombre de cas reste élevé – plus de 47 000 au cours des dernières 24 heures jeudi – mais plus de 80% des personnes âgées de 12 ans et plus ont reçu une double injection du vaccin, et près de 30% ont reçu une troisième dose.

Le gouvernement britannique a été largement critiqué pour sa lenteur à resserrer les restrictions de voyage au début de la pandémie, lorsqu’il a maintenu ses frontières ouvertes alors que les taux d’infection montaient en flèche.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.