Skip to content
Ski de fond : Antoine Cyr et Olivier Léveillé prêts pour la nouvelle saison


Au terme d’un camp d’entraînement de deux semaines en altitude à Davos, en Suisse, les fondeurs Antoine Cyr et Olivier Léveillé se sentent prêts à débuter la Coupe du monde, dont la première étape se déroulera à partir de vendredi à Ruka, en Finlande.

Cyr avait débuté la saison en fanfare l’an dernier à Ruka, dans une épreuve disputée par le froid sibérien, terminant 11e position pour assurer sa qualification pour les JO de Pékin.

« J’avais fait un méchant bang l’an dernier lors de la première Coupe du monde de la saison, imaginait-il, mais il sera difficile de répéter la même chose cette année à Ruka. Pour vivre des performances exceptionnelles, les astres doivent être alignés. »

Si Cyr voulait atteindre ses standards pour Pékin en début de saison, le contexte est différent cette année. « On a misé sur la même recette que l’an dernier en tenant un camp à Davos et la forme est bonne, a-t-il indiqué. Nous avons pu nous comparer aux Français, aux Suisses et aux Italiens lors des chronos. Nous avons donné un dernier gros coup de pouce avant le début de la Coupe du monde. »

Même s’il s’agit d’une année post-olympique, les résultats demeurent importants pour le fondeur gatinois. « L’objectif est de bien performer au Tour de Ski en janvier et aux Mondiaux en Slovénie », ajoute-t-il. Je vise un top 12.

Révélation

De son côté, Léveillé a surpris le monde du ski de fond en obtenant un top 10 et un top 20 l’an dernier, en plus de se qualifier pour Pékin, alors qu’il n’avait que 20 ans.

« L’objectif est de faire aussi bien sinon mieux que l’an dernier, a dit l’athlète sherbrookois. Je ne veux pas me mettre la pression même si ce serait facile compte tenu de mes résultats la saison dernière. J’ai gagné en puissance et j’espère pouvoir rivaliser avec les plus puissants. »

Louis Bouchard évite également de mettre la pression sur Léveillé. « À 21 ans, Olivier a encore tout à apprendre, a déclaré l’entraîneur-chef du Centre national d’entraînement Pierre-Harvey. Si on ne pense qu’à la performance, on passera à côté de l’essentiel qui lui permettra de vraiment performer en 2026, aux Jeux de Cortina d’Ampezzo. »

« Les gars sont en forme, mais c’est difficile de prédire ce qui va se passer en début de saison, a ajouté Bouchard.

randonnée à ski

Absent du Tour de ski depuis 2019, qui était la dernière saison d’Alex Harvey, le Canada fera un retour cette année au grand plaisir de Cyr, Léveillé et Bouchard. Deux classements parmi les 20 premiers lors des quatre premières étapes de la Coupe du monde assureront aux athlètes leur place sur le circuit, mais Nordiq Canada se réserve des choix discrétionnaires pour la sélection de l’équipe.

« Il est temps pour nous de participer », a indiqué Bouchard. C’est une excellente stratégie pour permettre à nos athlètes de rivaliser avec les meilleurs. »

« C’est un pas dans la bonne direction, d’ajouter Cyr. Nordiq Canada prouve qu’il nous fait confiance. Il serait amusant de répondre à nos critères de sélection, mais les choix discrétionnaires représentent une grande porte ouverte. »

Sur la neige depuis le 20 octobre à Canmore, Katherine Stewart Jones a connu un bel été d’entraînement. « Il reste à voir s’il apparaîtra en Coupe du monde, mais j’ai hâte qu’il commence. Je vise un top 20 en début de saison, mais un top 10 plus tard dans l’année quand je serai à mon apogée. J’ai poussé le volume d’entraînement en septembre et octobre afin d’être au mieux après les vacances. »

Stewart Jones devrait également vivre son premier Tour de Ski si tout se passe comme prévu.



journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.