Skip to content
Stella McCartney, Dieu sauve la reine


La célèbre créatrice britannique, fille de Paul, a su se faire un nom et marquer les esprits avant l’heure avec ses positions écologiques et sa mode éthique. Retour sur un destin hors du commun avec les confessions aussi exclusives qu’inédites de l’intéressé…

Bonjour M. Lacroix, je m’appelle Paul Mccartney et je voudrais te demander un petit service.» Nous sommes au printemps 1988, et le couturier, en pleine préparation de sa première collection haute couture, pense d’abord à une blague, confie aujourd’hui Jean-Jacques Picart, alors associé de Christian Lacroix et directeur de l’image et de la communication à domicile. Rassuré quant à l’authenticité de l’appel, Christian Lacroix accepte le petit service en question : prendre en formation Stella, la benjamine des quatre enfants McCartney, alors âgée de 16 ans. L’ancien Beatles précise : « Ma fille est passionnée de mode et aimerait voir comment ça marche de l’intérieur pour voir si elle l’aime ou non, mais ne vous sentez pas obligée de le prendre si vous n’avez pas de place. Je comprendrais tout à fait. » Un bel exemple d’humilité de la part d’un génie de la musique populaire. Et stage accompli sans accroc, même si, se souvient Picart, l’adolescente lui confiait le jour de…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 92% à découvrir.

Vendredi noir

-70% sur l’abonnement numérique

Déjà inscrit? Connexion

lefigaro – divertissement

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.