Skip to content
Sylvain Maillard dénonce un texte « complotiste et antivax » de LFI


Le projet de loi porté par les Insoumis n’a pu être mis aux voix, faute de temps face aux nombreux sous-amendements de la majorité.

La Macronie tente désormais de justifier son blocage. Jeudi soir 24 novembre, le créneau parlementaire de La France insoumise s’est transformé en débat particulièrement houleux. Après le retrait du texte consacré à l’abolition de la tauromachie, les députés se sont penchés sur le projet de loi visant à réintégrer les soignants non vaccinés. Conscients de la possibilité d’être mis en minorité, les élus de la Renaissance se sont précipités pour déposer une série de sous-amendements, visant uniquement à ralentir les débats. Une opération réussie, puisque le texte n’a finalement pas pu être soumis au vote.

Invité d’Europe 1 vendredi matin, le président par intérim du groupe de la majorité présidentielle, Sylvain Maillard, a défendu cette stratégie en ciblant avec insistance le contenu du texte. « Ils ont choisi un texte antivax, complotiste, avec une sorte d’alliance entre le Rassemblement national, La France insoumise et les différents députés d’outre-mer, sur des propos juste insupportables et inacceptables.», a-t-il ainsi dévoilé. Avant de marteler sa volonté de « combattre ces idées complotistes et antivax« .

Selon l’élu, la séance était «dur« , mais « nous nous sommes opposés à ces théories« , encore une fois, « conspirateurs et antivax« . Le député reproche aux Insoumis d’avoir fait »un Micmac», mêlant pénurie de personnel hospitalier et réinsertion des non-vaccinés. « Luttons contre cette idée complotiste qu’au fond, les vaccins sont toujours dangereux», a encore jugé bon de préciser Sylvain Maillard.

Depuis la fin de la session, des oppositions de tous bords n’ont cessé de s’élever contre cette attitude. Sur les réseaux sociaux, la cheffe de file des députés RN, Marine Le Pen, a dénoncé un «scandale démocratique« . L’Insoumis François Ruffin, pour sa part, a vu une approche »ridicule». Même le député Yannick Favennec, pourtant membre d’Horizons et donc partenaire de la majorité, a regretté que le gouvernement ait «bloqué ce débat » : « Nous avons dû laisser la discussion se dérouler« .

VOIR ÉGALEMENT – Faut-il réintégrer les soignants non vaccinés ? « Nous avons le devoir de montrer l’exemple », déclare l’infectiologue Anne-Claude Crémieux

lefigaro -Politics

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.