Entreprise

Tarifs d’électricité : le gouvernement du Québec laisserait tomber les PME

[ad_1]

La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) s’est dite « stupéfaite » de constater que le gouvernement retirait les PME du projet de loi visant à plafonner la hausse des prix de l’électricité par Hydro-Québec.

• Lisez aussi : La « sobriété énergétique » prônée : vous devrez peut-être baisser votre chauffage

• Lisez aussi : Hydro-Québec : les Québécois paieront des prix d’amis aux Américains

« Après un discours d’ouverture aussi enthousiaste du premier ministre du Québec, c’est avec tristesse aujourd’hui que nous constatons que son gouvernement abandonne les PME dès le dépôt de son deuxième projet de loi », rapporte François Vincent, vice-président pour le Québec à la FCEI en un communiqué de presse vendredi.

Cette version du projet de loi 2 exclurait les PME du plafond de 3 % sur les augmentations des tarifs d’électricité.

La prochaine hausse des tarifs d’électricité représenterait une augmentation des coûts de près de 250 millions de dollars pour les PME, soit le double de ce qu’elles auraient supposé si elles avaient été incluses dans le projet de loi 2.

Selon les données de l’organisation professionnelle, les hausses de prix ont un impact négatif important pour trois PME sur cinq.

Toujours selon la FCEI, la majorité des entreprises n’auraient d’autre choix que d’augmenter leurs prix (73%), mais aussi de réduire leurs marges bénéficiaires (38%), de réduire leurs investissements et de revoir à la baisse leurs prévisions de croissance (29%) et pour augmenter leur capacité d’endettement et/ou utiliser leur épargne personnelle (23 %).

« Un projet de loi peut toujours être amélioré et nous invitons le ministre de l’Économie, de l’Innovation et de l’Énergie, M. Fitzgibbon, à le modifier pour répondre aux PME québécoises », a sommé M. Vincent.

Selon un sondage de la FCEI sur Hydro-Québec et la hausse générale des prix, 85 % des dirigeants de PME souhaiteraient qu’Hydro-Québec revienne annuellement à la Régie de l’énergie pour fixer les tarifs d’électricité et 83 % des dirigeants demanderaient une taxe sur la masse salariale réductions pour les aider à réduire l’impact de la hausse générale des prix.



[ad_2]

journaldemontreal-borsa

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page