Skip to content
« Terroristes d’État »: les députés réagissent après que le Parlement européen a mis la Russie sur liste noire


Le Parlement européen exige de nouvelles mesures. Après avoir qualifié mercredi la Russie d’« État parrain du terrorisme », les députés veulent reconnaître, de manière plus congruente, les atrocités que la Russie a commises en Ukraine.

Lors de la session plénière mensuelle à Strasbourg, les députés européens ont voté à une écrasante majorité en faveur de la résolution symbolique – avec 494 voix pour la motion.

Le résultat pourrait ouvrir la voie aux eurodéputés pour tenir Moscou et le président russe Vladimir Poutine responsables de crimes de guerre présumés lors de leur invasion de l’Ukraine.

« Ce que nous avons voté aujourd’hui, la Russie est un État terroriste, signifie un exemple pour tous les dictateurs comme Poutine. Réfléchissez-y à deux fois chaque fois que vous voulez faire quelque chose comme ça, car il y a d’autres dictateurs dans le monde autres que Poutine qui pensent faire quelque chose comme ça,  » Vlad Gheorghe, député européen roumain de Renew Europe, a déclaré à The Global Conversation.

Entretien complet

Sandor Zsiros, Euronews : Vlad Gheorghe. Qu’est-ce que cela signifie pour l’avenir que le Parlement européen qualifie désormais la Russie d’État parrain du terrorisme ? Est-ce que cela rapproche la fin du conflit ?

Vlad Gheorghe, eurodéputé roumain, Renew Europe : Tout d’abord, nous reconnaissons ce que tout le monde sait. Comment appelle-t-on un État qui attaque des citoyens coupables de plus de 40 000 crimes de guerre documentés et un État qui essaie de tuer des civils en les gelant à mort ou en les affamant. C’est ce que nous avons dit maintenant au Parlement européen que nous voyons cela et que nous le reconnaissons politiquement.

SZ: M. Lagodinsky, pensez-vous que la Russie sera un jour ajoutée à la liste officielle des terroristes de l’UE ?

**Sergey Lagodinsky, eurodéputé allemand, Verts/ALE :**Je pense que nous n’en sommes pas encore là. Je vois cette résolution principalement comme une déclaration politique et un signe important de solidarité et aussi de reconnaissance que la conduite de la Russie, numéro un, et c’est ainsi que la résolution le prend : numéro un, la Russie emploie un comportement terroriste. Et numéro deux, la Russie emploie une unité terroriste. Si nous parlons de la brigade Wagner, par exemple, ou si nous parlons de certaines unités de la soi-disant armée tchétchène, je dirais que leur comportement est terroriste et que la Russie en est l’un des sponsors. Donc, de ce point de vue, nous sommes du bon côté, mais nous n’avons pas d’instrument juridique pour traiter cela dans l’Union européenne ou sur la scène internationale, à l’exception des États-Unis. Donc, l’un des appels dans cette résolution est d’essayer de développer quelque chose comme ça jusqu’à ce que nous ayons une base juridique solide. Il sera assez difficile de tirer des conclusions de ce que nous faisons dans le domaine juridique.

SZ : Et la résolution demande également que les avoirs russes gelés soient transférés pour aider l’Ukraine. Comment cela fonctionnerait-il en réalité ?

VG : Chaque décision que nous prenons doit être fondée sur la loi, et nous rédigeons actuellement cette législation afin que nous puissions d’abord obtenir les ressources russes pour reconstruire l’Ukraine, car nous devons commencer à reconstruire l’Ukraine avant la fin de la guerre parce que les gens là-bas en ont besoin. Et deuxièmement, rembourser ce que nos budgets ont supporté jusqu’à présent.

SZ : C’est en fait un point très intéressant que vous avez dit que nous devons respecter l’État de droit, car l’un des piliers de la civilisation occidentale est le respect de la propriété privée ou le respect de la propriété de l’État. Est-ce une violation de ce pilier?

SL : Nous sommes tous les deux rapporteurs sur la confiscation des avoirs, des avoirs privés des oligarques ou des mafieux dans l’Union européenne, dont nous discuterons et négocierons au Parlement. Pour cela, vous avez besoin de quelqu’un qui a commis un crime. Vous avez besoin de quelqu’un où il y a un lien entre lui et les actifs, etc., etc. Nous essayons donc de trouver une voie fondée sur l’état de droit pour atteindre cet objectif. En ce qui concerne les actifs de l’État, il y a un long chemin à parcourir. Il existe une soi-disant immunité des biens de l’État qui est reconnue par le droit international, mais il peut bien sûr y avoir des exceptions et nous devrions commencer à discuter avec la communauté internationale pour savoir si une telle exception existe ici.

**VG :**Et l’objectif à long terme est bien sûr de trouver des moyens légaux, comme Sergei l’a dit devant moi, de trouver des moyens légaux d’amener les actifs russes là où ils doivent être pour être réellement investis dans la reconstruction de l’Ukraine. Parce qu’une dernière chose, parce que nous avons 40 milliards d’euros d’actifs privés et environ 400 milliards d’actifs publics. C’est donc une assez grande différence.

SZ : Maintenant, le Parlement européen appelle également à une nouvelle série de sanctions contre la Russie. Qu’est-ce qui devrait être inclus ? Et pensez-vous qu’il est temps de les avoir maintenant?

VG : Oui, je pense qu’il est temps de les avoir maintenant. Je pense que c’est un exemple parfait pour tous les dictateurs, exactement comme ce que nous avons fait aujourd’hui, parce que ce que nous avons voté aujourd’hui, la Russie est un État terroriste, signifie un exemple pour tous les dictateurs comme Poutine : réfléchissez-y à deux fois chaque fois que vous voulez faire quelque chose comme cela, parce qu’il y a d’autres dictateurs dans le monde autres que Poutine qui envisagent de faire quelque chose comme ça. Et oui, nous devons avoir plus de sanctions. Et, oui, nous devons penser à un plafonnement des prix du pétrole et du gaz russes, qui sont très importants en tant que sanctions complémentaires. Mais aussi très important pour la vie des Européens maintenant, parce que Poutine mène une guerre des prix de l’énergie et nous devons réagir là-dessus.

SZ : Comment l’Union européenne devrait-elle continuer à soutenir ses politiques actuelles envers l’Ukraine ?

SL: Je pense qu’il s’agit bien sûr d’une question d’entraide entre États membres. Nous ne serons pas en mesure de soutenir cet hiver et d’apporter aux citoyens l’aide sociale et financière dont ils ont tant besoin si les États membres ne s’entraident pas. Et c’est pourquoi je pense que nous ne pourrons pas éviter de nous endetter davantage comme l’Union européenne afin d’avoir un fonds de solidarité qui aiderait les États membres. Nous ne sommes pas des États-nations. Nous ne donnons pas d’aide sociale directement aux citoyens. Mais je pense que l’accompagnement des citoyens en termes d’accompagnement social et de soutien économique aux entreprises doit être une priorité cet hiver. C’est important, mais pour être honnête, nos fardeaux, pour autant que je comprenne nos fardeaux, ne sont pas comparables aux fardeaux des Ukrainiens qui sont également tués, torturés et violés en ce moment. Je pense donc qu’il faut aussi voir que nous avons toujours le privilège de vivre en paix contrairement à nos voisins qui se font agresser.

SZ : Vlad Gheorghe, la même question vous est posée.

VG : Je vais continuer la réponse de Sergei. La paix n’a pas de prix. Vous ne pouvez tout simplement pas mettre un prix sur la paix. C’est incroyablement nécessaire pour tout le monde. Nous sommes européens. Nous l’avons. Maintenant, nous comprenons comment apprécier davantage cela parce que nous avons une guerre à nos frontières. Donc, oui, bien sûr, nous devons faire plus pour nos citoyens, pour nos citoyens européens. Et je suis très, très sûr que nos concitoyens continueront à être solidaires à 100 % avec les Ukrainiens, comme ils l’ont montré. Alors rappelez-vous, les citoyens européens ont été les premiers à réagir à la guerre, pas les États européens. Et enfin, nous en tant que syndicat, nous sommes aussi forts que le lien entre nos États. C’est donc notre force, notre solidarité et notre unité. Si nous perdons cela, nous perdons tout pour Poutine.

SZ : Merci beaucoup à vous deux pour l’interview.

SL : Merci.

**VG :**Merci beaucoup.

euronews en2fr eurb

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.