Skip to content
#TheSame : les médias hongrois risquent des amendes en partageant une campagne LGBT+ sur les réseaux sociaux


Plusieurs organisations médiatiques en Hongrie ont défié l’interdiction de publier des contenus LGBT+ destinés aux enfants.

Trois chaînes de télévision et plusieurs magazines ont annoncé qu’ils diffuseraient des vidéos informant les gens sur les familles LGBT+.

MTV Hongrie, Comedy Central Hungary et Paramount Network Hungary participeront tous à la campagne sur les réseaux sociaux #ugyanaz (#thesame).

En juin, Les députés hongrois ont adopté une loi interdisant la « promotion » de l’homosexualité ou le changement de sexe à toute personne âgée de moins de 18 ans.

La loi controversée anti-LGBT a été critiquée comme discriminatoire par l’Union européenne et des dizaines d’organisations.

L’ONG Foundation for Rainbow Families (Szivárványcsaládokért Alapítvány) a salué la décision des groupes de médias de publier leur contenu.

« La campagne attire l’attention sur le fait que si les familles arc-en-ciel aiment, s’occupent et s’inquiètent pour leurs enfants comme toutes les familles hongroises, l’État ne leur donne pas des droits égaux », a déclaré l’organisation dans un communiqué. Publication Facebook.

La campagne #TheSame a été lancée plus tôt ce mois-ci par la Fondation pour les familles arc-en-ciel pour marquer la Journée internationale des droits de l’enfant.

Les organisateurs disent qu’ils espèrent que les vidéos sur les réseaux sociaux – mettant en vedette deux peluches parlantes – attireront l’attention sur la discrimination à laquelle sont confrontées les familles LGBT+ et leurs enfants.

« Malgré le même quotidien, les enfants des familles arc-en-ciel n’ont pas les mêmes droits », a déclaré l’ONG dans un communiqué. déclaration.

« Nous pensons que toutes les familles avec de jeunes enfants devraient avoir les mêmes droits, opportunités et soutien. »

Plus de 200 panneaux d’affichage et affiches – certains dans des journaux et des magazines – seront également affichés dans le cadre de l’effort, car les groupes de médias impliqués risquent des sanctions le régulateur hongrois des médias (NMHH).

Les personnes reconnues coupables de « promotion » de l’homosexualité auprès d’enfants en Hongrie sont passibles d’amendes en vertu de la « Loi sur la protection des enfants ».

Le parti conservateur au pouvoir Fidesz du Premier ministre Viktor Orban a déclaré que la loi vise à lutter contre la pédophilie.

Mais l’UE a largement condamné la loi sur la protection des enfants, affirmant qu’elle viole les droits fondamentaux et limite l’éducation sexuelle dans les écoles.

En juillet, la Commission européenne a ouvert une enquête contre la Hongrie alors que la présidente Ursula von der Leyen a qualifié la loi de « honte ».

Le Premier ministre Orban a déclaré que son gouvernement organiserait un référendum sur la loi controversée, mais mardi, le parlement hongrois a également approuvé des amendements constitutionnels qui proclament que « la mère est une femme, le père est un homme ».

Le pays refuse également de reconnaître le mariage homosexuel, tandis qu’il est interdit aux couples de même sexe d’adopter des enfants et que les Hongrois ne peuvent pas légalement changer de sexe.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.