Skip to content
Tissus de chemise : l’embarras du choix


LA CHRONIQUE DE JULIEN SCAVINI – Au-delà de la couleur, du motif et de la matière, il y a le tissage ou armure.

Pour les chemises, il y a de nombreux éléments à considérer. Au-delà de la couleur, du motif et de la matière (coton, lin, ou mélange avec de la soie ou du cachemire), il y a le tissage ou le tissage. Commençons par le tissage uni de base. La reine est la popeline, un tissage aux fils serrés donnant un aspect glacé et luxueux. Pour l’été, plus aéré est le zéphyr et encore plus léger est le voile transparent, appelé batiste s’il est en lin. Ce tissage uni peut être complexifié pour obtenir des effets. Par ordre d’épaisseur : pinpoint présente un grain léger, oxford et royal oxford alternent fils blancs et colorés, et chambray offre une texture filante.

Pensons aussi au canelé avec ses jolies stries. Pour celles qui n’aiment pas la popeline qui se froisse un peu, il existe un tissage en diagonale : sergé à la française, sergé en anglais, qui, très souple, accroche élégamment la lumière. Dérivés directs : chevrons ou denim.

Si le tissage est un peu alambiqué, on obtient un…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 24% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99 € le premier mois

Déjà inscrit? Connexion

lefigaro – divertissement

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.