Skip to content
Toujours aucun contact entre Roy et le Canadien


QUÉBEC | Patrick Roy n’a pas été approché par le Canadien ces derniers jours, dans la foulée des changements intervenus au sein de l’organisation.

• Lire aussi : « Je ne cracherais pas en pareille occasion » – Daniel Brière

• Lire aussi : Les adieux de Marc Bergevin

Et une autre question semble maintenant se poser : l’ancien gardien de but, souvent évoqué dans les rumeurs, occuperait-il le poste de directeur général sous les ordres d’un président des opérations hockey ?

« Non, rien n’a changé ces derniers jours », a informé le Un journal L’agent de dimanche de l’ancien gardien de but Neil Glasberg.

Jeudi, Glasberg a répondu que « c’était calme pour le moment », lorsque notre confrère Kevin Dubé l’avait contacté pour savoir si des formations de la Ligue nationale, dont le Canadien, l’appelaient pour s’enquérir de son client. « Il est certain qu’à mon avis, Patrick devrait être candidat [au poste de directeur général], a ajouté l’agent dimanche. Mais ce n’est pas à moi de décider, c’est à eux. « 

Lorsqu’on lui a demandé si Roy serait intéressé à travailler sous la direction d’un vice-président des opérations hockey, Glasberg a été évasif : « C’est une bonne question. Mais je ne te répondrai pas.  »

« Pas que Montréal »

Glasberg et Roy se sont entretenus au téléphone samedi soir, alors que des rumeurs de licenciement de Marc Bergevin et d’embauche de Jeff Gorton en tant que vice-président ont commencé à émerger.

« Est-ce que ça l’intéresse ? Je ne sais pas. Samedi, nous pensions que c’était bizarre ce qui se passait, mais rien n’était encore décidé. « 

Plus tôt la semaine dernière, Glasberg a déclaré que l’ancien entraîneur de l’Avalanche du Colorado était prêt à écouter les Canadiens si l’occasion se présentait, mais que ce n’était pas « Montréal ou rien ».

Il a également mentionné que son client était très heureux dans son rôle actuel d’entraîneur-chef et directeur général des Remparts de Québec, dans la LHJMQ.

Déçu pour Rutherford

Dimanche, Glasberg a été très surpris de l’embauche de Gorton, qui a moins d’expérience qu’un autre de ses clients, Jim Rutherford. L’ancien directeur général des Penguins de Pittsburgh, notamment, n’a pas été approché par le Canadien.

« Je remets en question l’embauche de Jeff Gorton », a déclaré Glasberg. Ce n’est pas quelqu’un qui a une longue expérience. Quelqu’un comme Jim que je représente a 15 ou 16 ans d’expérience en tant que directeur général. Il aurait dû être approché, il a remporté des coupes Stanley, certaines alors que Marc Bergevin était en poste. « 

journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.