Skip to content
Uber n’est pas un simple « agent » pour ses chauffeurs, juge un tribunal de Londres


Un tribunal britannique a donné tort à Uber lundi, affirmant que les plates-formes de véhicules opérant à Londres ne sont pas simples « Agents » pour les conducteurs, mais ont une relation contractuelle directe avec les clients.

Le jugement, qui affecte tous les opérateurs de taxis opérant dans la capitale britannique, fait suite à une décision retentissante de la Cour suprême britannique en février, qui a contraint Uber à accorder le statut hybride de salariés à ses chauffeurs au Royaume-Uni. La Court Suprême « Avait suggéré, sans toutefois trancher définitivement » que les plates-formes de véhicules avec chauffeur avaient une relation directe avec les passagers, en vertu d’une loi applicable dans la capitale britannique, a estimé la High Court de Londres dans un arrêt consulté par l’AFP, à l’issue d’une procédure lancée par Uber et une autre plate-forme, Free Now.

VOIR ÉGALEMENT – Uber : la justice néerlandaise reconnaît le statut de salarié des chauffeurs

Un impact sur le prix des trajets

La décision pourrait avoir un impact sur les prix des trajets dans la capitale britannique, alors que les plates-formes de véhicules avec chauffeur devront intégrer la TVA dans leurs prix, estime Uber, qui indique être en train d’analyser ce jugement mais assure que il le respectera. « Chaque opérateur (…) sera impacté par cette décision », a indiqué la société dans un communiqué transmis à l’AFP, jugeant que si « Les chauffeurs Uber ont la garantie d’un salaire minimum, de congés payés et d’un régime de retraite », ses concurrents devront désormais « Assurez-vous également que les conducteurs sont traités équitablement ».

Après le changement de statut de ses chauffeurs, Uber a annoncé en mai un accord avec le syndicat britannique GMB pour représenter ses 70 000 chauffeurs au Royaume-Uni. Puis l’entreprise a lancé en septembre la création d’un plan de retraite auquel elle contribuera jusqu’à 3% des revenus des conducteurs, et a invité les plateformes concurrentes à y participer.

lefigaro -fp

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.