L'Europe

Un adolescent rom en Grèce décède après qu’un policier lui a tiré une balle dans la tête

[ad_1]

Un garçon rom est mort mardi matin une semaine après qu’un policier lui ait tiré une balle dans la tête dans le nord de la Grèce.

La police poursuivait l’adolescent de 16 ans pour une prétendue facture de station-service impayée.

La fusillade a conduit à des jours de manifestations souvent violentes à Thessalonique, Athènes et dans d’autres parties de la Grèce par des membres de la communauté rom, malgré les appels des responsables de la communauté et de certains membres de la famille du garçon à maintenir le calme.

« Tout le monde ici pleure. C’est injuste qu’un enfant parte comme ça », a déclaré Antonis Tasios, secrétaire de la communauté rom où vivait l’adolescent, confirmant sa mort. « Nous avons une grande douleur. »

La communauté rom a dénoncé la fusillade comme ayant des motifs racistes. Plusieurs hommes roms ont été blessés ou tués par balle ces dernières années lors d’affrontements avec la police alors qu’ils cherchaient prétendument à échapper à une arrestation pour infraction à la loi.

Les membres de la communauté rom en Grèce sont depuis longtemps confrontés à la discrimination et nombre d’entre eux vivent souvent en marge de la société.

L’hôpital traitant le garçon, qui n’a pas été formellement identifié, a déclaré qu’il avait été hospitalisé dans un état critique dans l’unité de soins intensifs après avoir subi une intervention chirurgicale d’urgence, mais que malgré tous les efforts du personnel médical, il est décédé mardi matin.

L’officier de police de 34 ans accusé d’avoir tiré le coup de feu est suspendu et assigné à résidence depuis vendredi dans l’attente d’une décision de justice sur l’opportunité de le placer en détention provisoire avant son procès pour crime de tentative d’homicide involontaire coupable avec intention possible et un chef de délit de tirant illégalement avec son arme.

La police a déclaré que l’adolescent avait tenté de percuter les motos de police impliquées dans la poursuite avec sa camionnette. L’officier a déclaré lors d’une première comparution devant le tribunal la semaine dernière qu’il avait tiré avec son arme parce qu’il craignait pour la vie de ses collègues.

Le ministre de la Protection des citoyens, Takis Theodorikakos, qui a juridiction sur la police grecque, a tweeté sa « profonde tristesse pour la mort du garçon de 16 ans » et a présenté ses condoléances à la famille de l’adolescent.

« Je répète que cette affaire fait l’objet d’une enquête de la part de la justice, seule compétente pour apprécier les faits et juger des responsabilités », a écrit le ministre. « Respectons tous cela.

[ad_2]

euronews en2fr eurb

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page