Skip to content
Un célèbre footballeur iranien, critique du pouvoir, arrêté


Les autorités iraniennes ont arrêté jeudi un ancien footballeur international kurde qui a fermement soutenu les manifestations qui secouent la République islamique depuis septembre, l’accusant de « propagande » contre l’État, a rapporté l’agence de presse iranienne Fars.

• Lisez aussi : Qatar 2022 : des supporters japonais filmés en train de nettoyer les tribunes

• Lisez aussi : Qatar 2022 : les supporters britanniques ne pourront plus se déguiser en croisés

• Lisez aussi : Réalisation historique pour Ronaldo lors de la victoire du Portugal

Voria Ghafouri, 35 ans, 28 fois sélectionnée pour l’Iran jusqu’en 2019, est l’une des personnalités les plus en vue arrêtées dans la répression du mouvement de contestation qui a éclaté depuis la mort le 16 septembre d’un jeune Kurde. Iranienne, Mahsa Amini, arrêtée par la police des mœurs pour non-respect du code vestimentaire strict imposé par le régime.

Accusé d’avoir « insulté et terni la réputation de l’équipe nationale (Team Melli) et d’avoir fait de la propagande » contre l’Etat, il a été arrêté après une séance d’entraînement pour son équipe « Foolad (acier, en persan) du Khuzestan, le la décision de l’Autorité judiciaire, selon Fars.

Hengaw, une organisation non gouvernementale basée en Norvège qui défend les droits des Kurdes, a confirmé son arrestation et publié une photo de lui en tenue traditionnelle kurde, également postée sur Twitter par un autre ancien international iranien, Ali Karimi.

« Pour l’honorable Voria », a commenté Ali Karimi, qui lui-même soutient les manifestants.

L’ONG norvégienne Iran Human Rights (IHR) estime que 416 personnes ont été tuées dans la répression, tandis que 15 000 ont été arrêtées, selon le rapporteur spécial des Nations unies sur l’Iran.

Les ONG ont également exprimé leur inquiétude quant à la situation dans les régions kurdes de l’ouest du pays, des groupes de défense des droits de l’homme affirmant que des dizaines de personnes y ont été tuées au cours de la seule semaine écoulée.

« Soutenez Voria »

Sur les réseaux sociaux, Ghafouri, originaire de Sanandaj, la capitale de la province iranienne du Kurdistan, a vigoureusement soutenu les manifestations. Il a également publié une photo de lui en tenue traditionnelle kurde sur son compte Instagram et s’est rendu dans les régions peuplées de Kurdes en Iran pour exprimer sa solidarité avec les familles des victimes de la répression.

Il a été félicité par les partisans du mouvement de protestation pour avoir rendu visite à la jeune fille d’une femme tuée lors d’une manifestation, avec une tablette en cadeau.

«Voria a soutenu son peuple et a payé pour cela. Nous devons également le soutenir et ne pas le laisser seul », a tweeté l’activiste irano-américain Masih Alinejad.

Ancien capitaine d’Esteghlal, Ghafouri a été contraint de quitter ce club phare en juillet, avant la fin de son contrat, et a rejoint le Foolad Khuzestan FC.

De nombreux fans ont suggéré que la fin de sa carrière avec Esteghlal était la conséquence de sa prise de parole en faveur des manifestations précédentes l’été dernier. D’autres ont fait valoir qu’au milieu de la trentaine, Ghafouri était déjà trop vieux pour l’élite iranienne.

Son arrestation intervient alors que les projecteurs au Qatar sont braqués sur l’équipe iranienne. Les joueurs de la « Team Melli » ont décidé lundi de ne pas chanter leur hymne national avant leur match contre l’Angleterre, une décision interprétée comme un soutien aux manifestants et opposants en Iran.

L’entraîneur portugais de l’Iran Carlos Queiroz, a alors expliqué que ses joueurs, balayés 6-2 par l’Angleterre, étaient marqués par la situation politique de leur pays et a demandé qu’on les laisse « jouer au football ».



journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.