Skip to content
Un corps retrouvé après l’effondrement d’immeubles à Lille en France


Les secouristes ont récupéré un corps tôt dimanche dans la ville de Lille, dans le nord de la France, après une recherche de plusieurs heures dans les décombres de deux bâtiments effondrés.

Deux petites maisons mitoyennes se sont effondrées dans une rue commerçante du centre-ville vers 09h15 heure locale (08h15 GMT) samedi.

Au début, les effondrements ne semblaient pas avoir fait de victimes. Les maisons ont été évacuées dans la nuit par mesure de précaution suite à l’avertissement d’un habitant que l’un des murs était « déformé », a indiqué la police.

Les autorités ont rapidement réalisé qu’un médecin avait disparu après que les appels sur son téléphone soient restés sans réponse. Il avait ralenti un appartement dans l’immeuble pour le week-end.

Un corps a été localisé peu avant 1 h 30 dimanche et le lieutenant-colonel des pompiers Stéphane Beauventre, qui dirige les opérations de sauvetage, a déclaré qu’il pensait que la victime était le médecin.

« Le corps est allé à l’institut médico-légal. Il sera clairement identifié plus tard », a déclaré Beauventre.

Des responsables ont visité samedi des maisons voisines pour vérifier s’il y avait des fissures ou des fuites de gaz après l’effondrement.

Un habitant de l’un des immeubles a remarqué pour la première fois que quelque chose n’allait pas dans les premières heures de samedi, lorsqu’il est rentré chez lui et a vu que « l’immeuble avait bougé ».

« Nous n’avons pas pu ouvrir la porte, nous avons entendu des décombres tomber », a déclaré Thibault Lemay à la radio française, ajoutant qu’il avait immédiatement prévenu les secours.

La police municipale et les pompiers ont décidé d’évacuer les bâtiments, car « il y avait un vrai risque », a déclaré la maire de Lille, Martine Aubry.

Un autre habitant, Benjamin Lopard, 35 ans, a déclaré à l’AFP : « Je n’étais pas encore endormi quand les pompiers ont commencé à frapper aux portes, mais je pensais que c’étaient des fêtards et je suis resté au lit. »

« Quand la police est arrivée, j’ai réalisé que c’était grave », a-t-il dit, ajoutant qu’il était parti vers 5h30 avec ses papiers, son ordinateur et des vêtements de rechange.

Les deux maisons à trois étages s’étaient effondrées vers 9h15.

« Je me rends compte maintenant de la chance incroyable que nous avons eue », a déclaré Lopard. Sans l’évacuation, dit-il, « nous serions tous dans des caisses en bois ».

zap-cnp-are-av/dhc/pbt

expatica

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.