Skip to content
Un mort et 18 blessés dans un double attentat à Jérusalem


Des experts médico-légaux recueillent des indices autour du bus endommagé par l’une des explosions. AHMAD GHARABLI / AFP

Deux bombes ont explosé mercredi matin dans des gares routières à une heure chargée. Des attentats « coordonnés » comme la ville n’en avait pas vu depuis longtemps, dans un contexte de transition politique.

Correspondant à Jérusalem

Deux explosions ont secoué Jérusalem mercredi matin, tuant un adolescent et en blessant dix-huit. Peu après sept heures, en pleine ruée, une première bombe a explosé près de la gare routière de la ville puis, vers 7 h 35, un deuxième engin a ravagé une gare routière au carrefour de Ramot, une place très passante, située à proximité de Juifs orthodoxes. quartiers. Dans la foulée, les autoroutes qui relient la ville au reste d’Israël ont été bloquées, provoquant de gigantesques embouteillages.

Selon la police israélienne, les bombes, qui contenaient des clous, ont été placées dans des sacs et ont explosé à distance. Le chef de la police de Jérusalem a parlé d’une attaque coordonnée, nécessitant une « une infrastructure qui a du sens ». Il a annoncé que tous les bus de la ville, peuplée d’environ 900 000 personnes, seraient fouillés, et a appelé la population à la plus grande vigilance, précisant que la police recherchait les auteurs de l’attentat. Peu de temps après, les forces de police étaient présentes en grand nombre dans le centre de la ville, mais l’activité s’y est poursuivie comme d’habitude. Les bus et le tram fonctionnaient normalement.

Ces attentats, dont le modus operandi rappelle certains attentats perpétrés dans les années 1990 et 2000, surviennent dans un contexte tendu. Il y a moins d’une semaine, une attaque au couteau dans la colonie d’Ariel a tué trois personnes, en plus du terroriste palestinien. Samedi dernier, la ville d’Hébron a été secouée par de violentes émeutes entre colons israéliens et résidents arabes. Hier soir, un jeune Palestinien a été tué par l’armée israélienne lors d’affrontements à Naplouse tandis qu’à Jénine, un groupe armé a enlevé la dépouille d’un jeune Israélien mort dans un accident de voiture. Il aurait l’intention de le négocier contre la libération des prisonniers.

« Nous devons faire payer le prix aux terroristes, nous devons reprendre les assassinats ciblés. »

Itamar Ben Gvir, chef du parti suprématiste juif Otzma Yehudit

Le ministre de la Sécurité intérieure actuellement en poste, Omer Bar-Lev, s’y est rendu ce matin. Il a été ému par ces attaques « comme on n’en a pas vu depuis longtemps ». Mais l’attention s’est surtout tournée vers les membres probables du futur gouvernement dont la composition fait toujours l’objet de négociations entre les membres de la coalition dirigée par Benyamin Netanyahou, vainqueur des élections législatives du 1euh novembre.

Itamar Ben Gvir, le leader du parti suprémaciste juif Otzma Yehudit, donné comme futur ministre de la Sécurité intérieure, s’est également rendu sur les lieux de l’attentat. « Il faut faire payer le prix aux terroristes, il faut reprendre les tueries ciblées, il faut imposer un couvre-feu aux villages d’où viennent ces terroristes (…). Il est temps de mettre en place un gouvernement, et vite », a-t-il déclaré. Bezalel Smotrich, autre dirigeant d’un parti extrémiste et probable futur ministre clé du futur gouvernement, s’y est également rendu pour dénoncer « le terrorisme meurtrier des Arabes ». « Il est temps de former un gouvernement immédiatement »a-t-il lancé, appelant Benyamin Netanyahu à mettre d’accord tous les dirigeants de la coalition afin de « pour rétablir la sécurité des citoyens d’Israël ». Le chef du Likoud s’est pour sa part contenté d’un message laconique sur Twitter, dans lequel il disait « priez pour les blessés dans les attaques coordonnées à Jérusalem et pour le renforcement des forces de sécurité opérant sur le terrain ».

L’attaque n’a pas été revendiquée mais, à Gaza, le porte-parole du Hamas s’est félicité de l’attaque, affirmant que « L’ennemi sioniste paie le prix de ses agressions et de ses crimes contre notre peuple et Al-Aqsa ».

lefigaro -fp

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.