Skip to content
Un steward d’Air France remporte un combat de 10 ans contre les dreadlocks


Un steward noir d’Air France a remporté jeudi une bataille juridique de 10 ans pour le droit de travailler avec des cheveux tressés sur les vols après une décision de la plus haute cour d’appel de France.

Aboubakar Touré de Paris a poursuivi la compagnie aérienne en 2012 pour discrimination après avoir été interdit de vol après avoir changé de coiffure pour avoir des dreadlocks courts attachés derrière la tête.

Pendant plusieurs années, il a porté une perruque avant d’être finalement suspendu pour non-conformité aux règles uniformes de l’entreprise qui autorisent les femmes, mais pas les hommes, à avoir les cheveux tressés en cabine.

Un tribunal du travail et un tribunal inférieur avaient tous deux statué en faveur d’Air France avant la décision de jeudi de la Cour de cassation qui a déterminé que la politique capillaire constituait une discrimination fondée sur le sexe.

Le tribunal a jugé que les différences de politique envers les hommes et les femmes ne peuvent être justifiées que si elles sont liées à des « exigences professionnelles essentielles et déterminantes ».

Il a dit que « la manière de se coiffer ne fait pas partie de l’uniforme ni de son prolongement ».

Touré a été licencié par Air France en 2018 après avoir souffert de dépression.

La décision de jeudi devrait ouvrir la voie à une nouvelle demande de dommages et intérêts contre la compagnie aérienne, qui a été rejetée par les tribunaux précédents.

abb-adp/sjw/jm

expatica

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.