Skip to content
une 2ème place qui ressemble à une victoire pour Quartararo en Autriche

[ad_1]

En terminant juste derrière la Ducati de Francesco Bagnaia, le Français a fait bien plus que limiter les dégâts ce dimanche.

Travail de champion du monde. Même s’il n’a pas gagné ce dimanche en Autriche, Fabio Quartararo a passé un très bon après-midi en remportant un superbe 2e place, sur un circuit qui a tout du jardin Ducati. Comme l’a démontré Francesco Bagnaia, littéralement intouchable sur le Red Bull Ring. Dès le départ, l’Italien a joué avec un Enea Bastianini dont la première pole position en MotoGP s’est avérée être un feu de paille. Et personne n’allait plus pouvoir l’inquiéter, sauf son coéquipier Jack Miller pour un instant fugace. Avec plus d’une demi-seconde d’avance, et même plus d’une seconde à cinq tours de l’arrivée, Bagnaia a géré sa course à la main, sans trembler. Presque sans effort. Bien au contraire au final d’un Quartararo qui a dû cravacher au guidon de son Yahama pour se frayer un chemin entre les puissantes Ducati.

Cinquième sur la grille, le Niçois le resta pendant un certain nombre de tours, avant de profiter de l’abandon de Bastianini, qu’il venait de doubler, pour grimper d’un rang dans la hiérarchie. D’abord distancé par le trio de tête Bagnaia-Miller-Martin, Quartararo allait sagement attendre son heure, grignoter dixième par dixième et d’abord pousser Jorge Martin à la faute. La victoire n’était plus vraiment une option, le champion du monde en titre s’est alors concentré sur la deuxième place d’un Miller de moins en moins saignant. Et à quatre tours de l’arrivée, « le Diable » est sorti de sa boîte aussi surprenant qu’impressionnant pour surprendre la Ducati et prendre cette deuxième place en guise de victoire.

En effet, au Championnat du monde, Quartararo réalise une excellente opération puisque son dauphin, Aleix Espargaro, a dû se contenter de la 6ème place, juste derrière un Johann Zarco à l’intérieur en Autriche. Du coup, l’avance du Français sur l’Espagnol s’élève désormais à 32 unités, là encore un joker complet. Le tout en maîtrisant la montée d’un Bagnaia incisif cet été, mais toujours à 49 longueurs du leader alors que le nombre de courses restant à disputer s’amenuise de semaine en semaine.

[ad_2]

lefigaro -sports

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.