Skip to content
Une application française de lutte contre les violences faites aux femmes apporte une « révolution » au Maroc

Une application française appelée The Sorority, visant à prévenir la violence à l’égard des femmes, a été lancée il y a un an et a récemment fait ses débuts au Maroc. Cela a été une bouffée d’oxygène pour ses premiers adoptants dans ce pays d’Afrique du Nord, qui dénoncent ce qu’ils considèrent comme une société en proie aux violences sexuelles.

« Si nous pouvons aider les femmes victimes de violences en France, nous pouvons le faire dans tous les pays », a déclaré Priscilla Routier Trillard, une Parisienne de 34 ans, décrivant sa décision d’exporter The Sorority de l’autre côté de la Méditerranée.

Lancée en France en septembre 2020, The Sorority est devenue disponible au Maroc le 16 octobre. L’application s’appuie sur les femmes pour se protéger des violences – que ce soit à la maison, au travail ou dans la rue – avec un système d’alarme qui envoie une alerte si quelqu’un à proximité est en danger imminent grâce à la technologie de géolocalisation. La messagerie instantanée permet alors à la victime de contacter d’autres utilisateurs et d’obtenir de l’aide immédiatement. La fonction de messagerie permet également aux utilisateurs d’obtenir le soutien moral d’autres femmes.

« Un vrai problème de société »

Sarah*, 32 ans, a été l’une des premières femmes marocaines à rejoindre The Sorority. Dès l’âge de 14 ans, elle a été régulièrement harcelée lorsqu’elle se rendait à l’école et en revenait. Un garçon a agressé physiquement sa sœur cadette Amal*, qui avait 13 ans à l’époque.

Les deux sœurs ont grandi dans le quartier chic des Princesses à Casablanca. Mais au Maroc, a déclaré Sarah, « vous pouvez être harcelé n’importe où par n’importe quel type d’homme ».

Asma El Ouerkhaoui a également rapidement rejoint The Sorority lors de son lancement au Maroc. Informaticienne de 39 ans vivant à Rabat, elle s’habille en garçon manqué. « Ce serait trop risqué de porter une jupe », a-t-elle déclaré. « Mais l’habit traditionnel ne vous protège pas non plus ; des amis à moi qui portent un voile sont également visés.

Sarah a dit que « dès qu’un agresseur reconnaît que vous êtes une femme, vous êtes foutu. Peu importe le type de tissu qui vous recouvre.

Elle n’a jamais ressenti une telle « menace » lorsqu’elle vivait en France, a déclaré Sarah, qui a étudié le droit à Bordeaux. « Il y a un vrai problème social au Maroc ; nous devons arrêter de nous cacher le visage avec des voiles.

Comme tous les membres de la sororité marocaine qui ont parlé à FRANCE 24, Sarah a déclaré que le harcèlement avait commencé dès la puberté.

« En tant que femme marocaine, il devient clair que vous n’êtes plus une enfant lorsque certains hommes – des hommes de l’âge de votre père – vous regardent avec un regard lubrique. »

Blâmer la victime

La liste des récents incidents d’agressions sexuelles au Maroc est stupéfiante : les abus sexuels sont filmés et diffusés sur Internet par les auteurs ; une série d’affaires d’inceste étouffées par les familles ; le viol d’enfants; une femme de 96 ans agressée sexuellement par un groupe de jeunes.

Les chiffres sont également frappants : une enquête réalisée en 2019 par le ministère marocain de la Famille a montré que plus de la moitié des femmes marocaines déclarent avoir été victimes de violences sexuelles. Mais seulement 6 pour cent d’entre elles ont osé déposer une plainte officielle – et moins de 10 pour cent des femmes victimes de violence domestique quittent leur conjoint violent.

Toutes les personnes contactées par FRANCE 24 ont déclaré connaître des femmes qui ont été violées ou battues par leur mari. Aucun d’entre eux n’a estimé pouvoir parler officiellement, malgré une promesse d’anonymat.

Zainab Aboulfaraj, une journaliste de Casablanca, a déclaré que cela n’était pas surprenant. « La frange la plus conservatrice de la société marocaine parvient à propager l’idée que de nombreuses femmes qui ont été violées méritaient ce qui leur est arrivé – que ce soit à cause de leur comportement ou à cause de ce qu’elles portaient. Par conséquent, il est jugé « extrêmement honteux » pour les femmes de parler de viol, a-t-elle poursuivi.

Travaillant sur un projet au printemps 2020, Aboulfaraj pensait qu’il serait impossible de parler aux victimes de viol de ce qu’elles ont vécu. « Les associations d’aide aux victimes que j’ai contactées pensaient que j’étais folle », a-t-elle déclaré. Après plusieurs mois, quatre femmes ont finalement accepté de lui parler. Mais ils ont gardé leurs prénoms et les détails de l’endroit où ils vivaient, même pour elle.

Ainsi est née la web-série #TaAnaMeToo (« #Je suis aussi MeToo »). Quatre victimes de viol ont rompu leur silence grâce à l’anonymat offert par le format animé.

Aboulfaraj avait longtemps caché son propre traumatisme comme s’il s’agissait d’une forme de honte. Jusqu’à présent, elle n’avait jamais osé raconter à personne le jour où une bande de garçons l’avait encerclée, attaquée et pelotée à Rabat alors qu’elle avait 14 ans.

« J’ai guéri mes propres blessures en aidant d’autres femmes à guérir les leurs », a-t-elle déclaré.

Un petit public, pour l’instant

« Si seulement j’avais pu utiliser une application comme The Sorority en 2004 », a déclaré Loubna Rais, consultante en développement international. Une nuit de cette année-là, Rais a miraculeusement survécu à une tentative de viol et s’est retrouvée toute seule dans une ville inconnue.

Avec d’autres militants de l’association Masaktach (« Nous ne nous tairons pas »), Rais rêvait depuis longtemps d’une application comme The Sorority.

Aujourd’hui, elle fait partie des 117 femmes marocaines qui ont téléchargé l’application. Mais seulement une quarantaine d’entre eux – principalement dans les grandes villes de Rabat et Casablanca – se sont effectivement inscrits sur The Sorority

Le Maroc bénéficie d’un accès Internet relativement bon et 75 pour cent des Marocains possèdent un smartphone. Mais il peut y avoir un défaut intrinsèque dans l’application.

Avec un salaire minimum mensuel à 2 929 Dirhams (271 €) et un accès Internet à 10 Dirhams (1 €) par gigaoctet, quel pourcentage de la population marocaine peut réellement se permettre de participer à The Sorority, a demandé Raw, le créateur de Sobisate.tv, une chaîne Instagram dédiée aux causes féministes en Afrique du Nord.

« N’oublions pas non plus qu’il s’agit d’une application en français, elle ne touche donc pas la majorité de la population marocaine, qui soit ne lisent qu’en arabe, soit sont analphabètes », a déclaré Raw, qui utilise un pseudonyme et qui a pourtant signé. avec la sororité.

Mais blâmer les victimes reste un gros problème. En janvier 2021, la célèbre danseuse marocaine Maya Dbaich s’est moquée de certaines victimes de viol en disant « qu’elles le demandaient ».

En septembre, une vidéo de l’agression sexuelle d’une jeune femme à Tanger, dans le nord du Maroc, a été partagée en ligne par un garçon de 15 ans. Cela a donné lieu à une interview très regardée sur le réseau ChoufTV dans laquelle une voisine de l’agresseur est venue à sa défense et a blâmé la femme.

Les médias marocains ont fait grand cas du fait que les femmes blâment aussi les victimes. Mais Sarah a déclaré qu’il est important de ne pas tomber dans le piège simpliste de penser que « les femmes sont les pires ennemies des autres femmes ».

« La société dans laquelle nous vivons inculque à tout le monde l’idée que les femmes sont fautives », a déclaré Sarah. « Et certaines femmes ont intériorisé cette façon de penser. »

Bien que le tableau s’annonce sombre, « le vent du changement souffle au Maroc », selon Aboulfaraj.

« La jeunesse marocaine était autrefois assez réservée, mais maintenant ils ont les médias sociaux », a-t-elle déclaré. Elle aussi a décidé de rejoindre The Sorority après avoir parlé à FRANCE 24.

Des comptes Instagram tels que Sobiaste.tv et La vie d’une Marocaine ont relayé des centaines de témoignages sur les abus subis par les femmes et les filles au Maroc.

Mais ces messages ne mettent pas seulement en lumière les violences sexuelles, ils dénoncent également l’État marocain et les normes culturelles qui contribuent à les camoufler.

Les sociétés patriarcales en général, et le Maroc en particulier, essaient de faire croire que les femmes devraient considérer les autres femmes – avant tout – comme des rivales, a déclaré Sarah.

« Mais The Sorority apporte une sorte de révolution au Maroc, car cela nous montre que ce n’est pas vrai. »

Les personnes derrière l’application ont organisé des sessions de formation pour préparer les gens à des situations dans lesquelles ils doivent aider des femmes attaquées. Au cours d’un premier test, Sarah a envoyé une fausse alarme. Plusieurs utilisateurs de l’application l’ont immédiatement contactée, prêts à agir pour la mettre hors de danger.

« J’ai alors compris que The Sorority pouvait inspirer les femmes à parcourir des kilomètres pour sauver un parfait inconnu », a-t-elle déclaré. « Cela m’a rempli d’une force renouvelée. »

*Les noms ont été modifiés pour garantir l’anonymat.

Cet article a été traduit de l’original en français.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.