Nouvelles du monde

Une autre entreprise énergétique allemande poursuit Gazprom – Handelsblatt — RT Business News

[ad_1]

RWE voudrait plus de 400 millions de dollars en compensation pour les approvisionnements en gaz manquants

La société énergétique allemande RWE a lancé une procédure d’arbitrage contre le géant pétrolier et gazier russe Gazprom pour des volumes de gaz prétendument non livrés, a déclaré lundi le porte-parole de la société au journal Handelsblatt.

Bien que la dépendance de RWE à l’égard des approvisionnements de Gazprom ait été relativement faible et devait couvrir 15 térawattheures (TWh) d’ici l’année prochaine, les experts affirment que la société pourrait demander des centaines de millions de dollars en compensation pour les livraisons manquantes, qui auraient été réduites de 4 TWh.

En juin, un analyste de Stifel Research, Martin Tessier, écrivait que « En cas de coupure totale de l’approvisionnement, nous calculons que le remplacement des 4 TWh restants pourrait coûter au moins 400 millions d’euros supplémentaires (422 millions de dollars). »

Le porte-parole de RWE n’a fourni aucun détail sur la procédure judiciaire. Cette décision intervient peu de temps après que le plus grand importateur de gaz d’Allemagne, Uniper, a poursuivi Gazprom, réclamant des pertes de plusieurs milliards d’euros après que la grande compagnie énergétique russe ait réduit ses approvisionnements.

La société, qui doit être bientôt nationalisée, affirme que le remplacement du gaz russe lui a coûté environ 11,6 milliards d’euros (12 milliards de dollars) jusqu’à présent, un chiffre qui devrait augmenter jusqu’à la fin de 2024.

LIRE LA SUITE:
Le géant allemand de l’énergie poursuit le russe Gazprom

La société russe Gazprom Export a confirmé qu’Uniper avait engagé une procédure d’arbitrage, mais a déclaré qu’elle ne reconnaissait pas la violation des contrats ni la légitimité des demandes de dommages et intérêts. La société n’a pas encore commenté le procès de RWE.

La Russie a attribué la réduction des livraisons de gaz à l’interruption de la maintenance des turbines du gazoduc Nord Stream 1 par l’allemand Siemens en raison des sanctions occidentales contre Moscou. Une section du pipeline a ensuite explosé en septembre, le rendant inutilisable.

Pour plus d’histoires sur l’économie et la finance, visitez la section commerciale de RT

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

[ad_2]

RT All Fr2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page