Skip to content
Une fillette de 7 ans enlevée par son père qui ne veut pas qu’elle se fasse vacciner

 |  Derniers titres de l’actualité

Derniers titres d’actualités Nouvelles des États-Unis

Une mère cherche depuis deux mois sa fille qui aurait été enlevée par son ex-mari parce qu’il ne veut pas que l’enfant soit vaccinée contre le COVID-19.

Depuis deux mois, Mariecar Jackson essaie de retrouver sa fille de sept ans qui, selon elle, a été emmenée par son ex-mari dans un lieu tenu secret, a rapporté CTV News.

L’ex-mari de Mariecar Jackson a refusé de rendre Sarah, sept ans, après une visite en novembre. Mme Jackson voulait que sa fille soit vaccinée, mais son ex-mari est catégoriquement contre le vaccin.

Désemparée, la mère de la région de Regina, en Saskatchewan, s’est tournée vers le public pour obtenir de l’aide afin de récupérer son enfant. Elle soupçonne que Sarah n’est pas scolarisée et qu’elle est tenue à l’écart des autres enfants.

Michael, le père, est apparu dans une émission de droite la semaine dernière depuis un lieu tenu secret pour discuter de ses opinions contre le vaccin. Au cours de l’interview, partagée sur la plateforme en ligne Rumble, lui et l’hôte échangent des histoires non fondées et réfutées sur les vaccins COVID-19, y compris de fausses affirmations selon lesquelles le vaccin à ARN messager modifie l’ADN humain.

« Je suis son père, c’est mon travail de la protéger », peut-on l’entendre affirmer dans la vidéo.

« Même s’il y a une chance sur un million que votre fille ne meure pas, mais s’il y a une chance sur un million qu’elle ne puisse pas avoir de bébé, cela ne suffirait-il pas? » il a justifié.

La jeune fille est visible en arrière-plan pendant une grande partie de l’interview. A un moment, l’animatrice demande si la petite souhaite se faire vacciner, tandis que son père pointe la caméra vers elle. « Cela peut changer votre ADN. Je ne crois pas que Dieu le veuille. Et cela peut vous rendre malade et vous tuer », a déclaré Sarah.

Mme Jackson a déclaré qu’elle souhaitait toujours que sa fille soit vaccinée, mais sa principale préoccupation est actuellement de la ramener à la maison en toute sécurité. Elle se dit prête à porter la décision devant les tribunaux et à laisser un juge trancher.

Les différends concernant les vaccinations infantiles seraient en augmentation au Canada à mesure que la pandémie se poursuit. Au Québec, un juge de la Cour supérieure a donné raison à une mère qui voulait faire vacciner son enfant de 12 ans contre la volonté du père.

La GRC de la Saskatchewan a déclaré qu’elle enquêtait sur le cas de Sarah, mais n’a pas voulu commenter davantage.




Nouvelles d’aujourd’hui Titres d’aujourd’hui

journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.