Skip to content
Une manifestation de soutien à la contestation en Iran dégénère à Paris


La police a dû utiliser des gaz lacrymogènes pour disperser la foule.

La police française a fait usage dimanche de gaz lacrymogènes pour empêcher des centaines de personnes défilant à Paris pour protester contre une répression des manifestations en Iran d’atteindre l’ambassade de la République islamique, selon des journalistes de l’AFP.

Cette deuxième manifestation consécutive en deux jours à Paris pour dénoncer la mort en détention de Mahsa Amini, 22 ans, interpellée à Téhéran le 13 septembre par la police des mœurs pour «porter des vêtements inappropriésa coïncidé avec un autre rassemblement tendu à Londres près de l’ambassade d’Iran. « Les manifestants ont tenté de franchir les barrages routiers de la police et ont lancé des projectiles sur les policiers», a annoncé dans un communiqué la police britannique, qui fait état de cinq interpellations.

Parti de la place du Trocadéro, le cortège parisien s’est dirigé vers l’ambassade d’Iran au son de slogans tels que « femme, vie, liberté !», faisant écho à celles des manifestants en Iran, ou encore «France, le silence suffit« . Les participants reprochent notamment au président français Emmanuel Macron d’avoir serré la main de son homologue iranien Ebrahim Raïssi lors de leur rencontre du 20 septembre en marge de l’Assemblée générale des Nations unies à New York, portant notamment sur une relance de l’accord international sur la paix de Téhéran. programme nucléaire.

« Plusieurs groupes de manifestants se sont joints à une manifestation déclarée de soutien à l’Iran, à partir de la place d’Iéna. Les manifestants, environ 4 000, ont tenté à plusieurs reprises de franchir le barrage routier pour s’approcher de l’ambassade d’Iran. Les forces de sécurité les ont alors bloqués en utilisant des moyens intermédiaires d’intervention. Quelques centaines de personnes ont tenté à plusieurs reprises de quitter la route et de franchir les barrages routiers. Ils montèrent finalement jusqu’à la place du Trocadéro où ils se dispersèrent. De plus, un individu a été arrêté pour outrage et rébellion et un policier a été légèrement blessé.», indique la préfecture de police au Figaro

Le même scénario à Londres

A l’approche de l’ambassade, les forces de l’ordre ont fait usage à plusieurs reprises de gaz lacrymogène pour repousser les manifestants qui tentaient de franchir leur cordon interdisant l’accès à la représentation diplomatique de la République islamique, selon les mêmes sources. « Au vu de ce qui se passe actuellement, nous Iraniens, nous sommes vraiment mobilisés, nous devons réagir étant donné que nous sommes loin de notre patrie, de notre pays», a raconté à l’AFP une manifestante franco-iranienne qui n’a souhaité s’identifier que par son prénom, Nina.

Dans le même temps, des tensions ont également éclaté lors d’une mobilisation devant l’ambassade d’Iran à Londres. La police a dû repousser des manifestants véhéments alors que des projectiles étaient lancés sur le bâtiment.

lefigaro -fp

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.