Skip to content
Une plainte pour confidentialité déposée en France cible Google pour des e-mails publicitaires non sollicités

[ad_1]

Publié le:

Google a enfreint une décision de justice de l’Union européenne en envoyant des spams directement dans la boîte de réception des utilisateurs de Gmail, a déclaré un groupe de défense autrichien dans une plainte déposée mercredi auprès de l’autorité française de protection des données.

Alphabet, la société mère de Google, dont les revenus proviennent en grande partie de la publicité en ligne, devrait demander aux utilisateurs de Gmail leur consentement préalable avant de leur envoyer des e-mails de marketing direct, a déclaré le groupe de défense noyb.eu (None Of Your Business), citant une décision de 2021 du Cour de justice de l’Union européenne.

Les e-mails publicitaires de Google ressemblent à des e-mails normaux, a déclaré noyb.eu dans sa plainte, bien qu’ils incluent le mot « Annonce » en lettres vertes sous la ligne d’objet, et ils n’incluent pas de date.

« C’est comme si le facteur était payé pour supprimer les publicités de votre boîte aux lettres et mettre les siennes à la place », a déclaré Romain Robert, directeur du programme chez noyb.eu, faisant référence aux filtres anti-spam de Gmail qui placent la plupart des e-mails non sollicités dans un dossier séparé.


Google n’a pas immédiatement répondu à la plainte. Un porte-parole de la CNIL a confirmé avoir reçu la plainte et qu’elle était en cours d’enregistrement.

noyb.eu, basé à Vienne, a choisi la CNIL parmi d’autres organismes nationaux de surveillance de la confidentialité des données, car il est connu pour être l’un des régulateurs les plus virulents au sein de l’UE, a déclaré Robert.

Alors qu’une éventuelle décision de la CNIL ne serait applicable qu’en France, elle pourrait contraindre Google à revoir ses pratiques dans la région.

Noyb.eu est un groupe de défense fondé par l’avocat autrichien et militant de la protection de la vie privée Max Schrems qui a remporté une affaire de confidentialité très médiatisée devant le plus haut tribunal d’Europe en 2020.

La CNIL a infligé une amende record de 150 millions d’euros à Google en début d’année pour avoir rendu difficile aux internautes le refus des traceurs en ligne.

(avec Reuters)



[ad_2]

rfi

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.