Skip to content
Une Saoudienne condamnée à 45 ans de prison pour des publications en ligne, selon une ONG

[ad_1]

Un tribunal saoudien a condamné une autre femme à 45 ans de prison pour des publications sur les réseaux sociaux, selon une ONG de défense des droits humains.

Nourah al-Qahtani a été emprisonnée pour « utilisation d’Internet pour diviser la société » et « atteinte à l’ordre public », a déclaré l’organisation Democracy for the Arab World Now (DAWN) dans un communiqué. déclaration.

Al-Qahtani est détenu en Arabie saoudite depuis juillet 2021 et a été condamné « probablement la semaine dernière », a ajouté l’ONG basée à Washington.

Cela survient moins d’un mois après qu’une autre femme saoudienne, Salma al-Shehab, a été condamnée à 34 ans de prison et à une nouvelle interdiction de voyager de 34 ans pour avoir suivi et retweeté des militants sur Twitter.

Le doctorant de 34 ans a été accusé d’avoir « aidé » des dissidents à « déstabiliser l’État » et a été arrêté en décembre 2020 alors qu’il se rendait chez lui depuis l’université de Leeds au Royaume-Uni.

Les peines de prison de plusieurs décennies ont toutes deux été condamnées par des organisations de défense des droits humains.

« La condamnation d’al-Qahtani… apparemment juste pour avoir tweeté son point de vue, montre à quel point les autorités saoudiennes se sentent enhardies pour punir même les critiques les plus légères de leurs citoyens », a déclaré Abdullah Alaoudh, directeur de la recherche pour la région du Golfe de DAWN.

« Il est impossible de ne pas relier les points entre les réunion du prince héritier Mohammed bin Salman (MBS) et du président américain Joe Biden le mois dernier à Djeddah et la recrudescence des attaques répressives contre quiconque ose critiquer le prince héritier ou le gouvernement saoudien pour des abus bien documentés », a ajouté Alaoudh.

« On en sait beaucoup moins sur Nourah al-Qahtani et DAWN continue d’enquêter sur son cas. »

L’Arabie saoudite a renforcé sa répression contre les opposants et les militants depuis que MBS est devenu le leader de facto du pays en 2017.

Washington a déclaré la semaine dernière qu’il avait fait part de « préoccupations importantes » à l’Arabie saoudite concernant la condamnation d’al-Shehab.

[ad_2]

euronews en2fr eurb

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.