Nouvelles sportives

Upamecano raconte le coup de gueule de Varane à la mi-temps France-Pologne

[ad_1]

Le défenseur des Bleus s’est exprimé en conférence de presse, à deux jours de France-Angleterre en quart de finale de la Coupe du monde.

Envoyé spécial à Doha

Dayot Upamecano titulaire en équipe de France à la Coupe du monde ? Cela ne surprendrait personne si le joueur du Bayern débutait le quart de finale face à l’Angleterre samedi (20 heures). Mais il y a quelques mois, cela aurait évidemment été surprenant… Il faut dire que le joueur de 24 ans n’a pas forcément brillé lors de ses premières sorties avec le maillot bleu, il n’a pas tout de suite su décrocher le même performance en sélection qu’en club. C’était avant. Même Marcel Desailly le complimente.

« J’ai beaucoup de respect pour lui, on a pu se parler avant les matches, il m’a donné des conseils, dit de continuer comme ça. C’est sympa venant de lui… C’était un gagnant, un exemple pour les Français et moi», souligne-t-il ce jeudi, en conférence de presse. Et d’ajouter, sur ses débuts contrastés en équipe de France, lui qui compte désormais 10 sélections : «J’ai eu des mauvais moments mais je ne m’en souviens pas. Je n’ai jamais pensé que c’était fini, j’ai toujours continué à travailler. J’ai toujours dit que j’allais revenir avec envie et me battre.”

Dayot Upamecano PAUL ENFANTS / PANORAMIQUE

Développement plus qu’un coup de gueule de Varane

C’est ce qu’il a fait. Profitant notamment du forfait de Presnel Kimpembe, Upamecano s’est imposé aux côtés de Raphaël Varane, un joueur « qui parle beaucoup sur et en dehors du terrainen sa qualité de vice-capitaine, chef. Le défenseur de Manchester United l’a fait notamment à la mi-temps en 8e de finale face à la Pologne (3-1). Un coup de gueule salvateur. « Je ne vais pas dire de la rage. Surtout, il a motivé le groupe. On a eu du mou en première mi-temps et c’est un leader, il est là depuis longtemps, comme les autres. Nous avons une équipe jeune et nous avons toujours besoin de leaders. Ce qui était faux? On a perdu beaucoup de duels et de passes, il a fallu se remotiver et changer de visage. Nous l’avons très bien fait et c’est le plus important.», confie le joueur normand, qui n’hésite pas à donner lui-même de la voix. « Je le fais au Bayern, pourquoi pas en équipe de France ?il sourit.

VOIR ÉGALEMENT – Coupe du monde : les Bleus fêtent leur victoire après le match face à la Pologne

Pour défendre contre Mbappé, « il faut se coucher tôt »

Et ce jusqu’au recadrage… Kylian Mbappé en plein match. « Je n’ai pas remis Kylian en place, je ne dirais pas ça (sourire) », a-t-il dit, presque gêné. « Je lui ai dit qu’il devait fermer le col dans l’axe. Il donne également des conseils dans le jeu. Ensuite, je vois le terrain depuis ma position. Je peux dire que c’est mon rôle», a expliqué le rugueux défenseur français, apparemment insensible à la pression. « J’essaie de ne pas me mettre la pression même si c’est un quart de finale de Coupe du monde, ce n’est pas rien. Je parle avec tout le monde, avec le coach, et si je suis sur le terrain, j’essaierai de tout donner et de faire sentir ma présence.», jure-t-il, conscient du talent des individus anglais mais porté sur le collectif. « Surtout, nous préparerons un plan contre l’Angleterre. On les connaît, ce sont des joueurs de classe mondiale qui savent jouer au foot, il va falloir bien se préparer pour bien attaquer ce match», analyse-t-il.

Charge les Anglais de préparer un plan pour les talents français, et notamment Kylian Mbappé. Invité à comparer le crack de Bondy et Erling Haaland, qu’il a longtemps affronté en Bundesliga lors des affrontements entre le Bayern et Dortmund (« C’est la guerre), Dayot Upamecano l’a résumé en disant :Tu dois te coucher tôt« . Brillant depuis le début de la Coupe du monde, Jude Bellingham porte toujours les couleurs du Borussia contrairement au Norvégien Cyborg. »C’est un talent, un très bon joueur, il prend de l’expérience, il joue tous les matchs. Ce sera un beau combat au milieu. On a des joueurs expérimentés avec Adri (Rabiot) et Grizou (Antoine Griezmann). Ce sera un bon match samedi», assure le Bavarois, oubliant de citer celui qui sera très certainement confronté le plus souvent à la pépite Bellingham, Aurélien Tchouameni. « Ce sera un grand duel », a déclaré Youssouf Fofana, ancien coéquipier dudit Tchouameni du côté de l’AS Monaco, également présent ce jeudi en conférence de presse. Et Upamecano de conclure : « L’équipe qui fera le moins d’erreurs gagnera. » Espérons que les Bleus en feront moins.

VOIR ÉGALEMENT – Quand les Bleus célèbrent le record de buts d’Olivier Giroud en équipe de France

[ad_2]

lefigaro -sports

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page