Skip to content
Urios « espère trouver un banc en juin prochain »


Christophe Urios, démis de ses fonctions d’entraîneur à Bordeaux-Bègles la semaine dernière, espère «trouver un banc en juin prochain pour la prochaine saison», a-t-il confié au journal La Montagne.

Ces derniers jours, son nom est apparu pour prendre les rênes de Brive, dernier du Top 14, mais Urios n’a pas donné suite. Le temps de digérer son éviction de l’UBB, sur fond de tensions et d’un début de saison poussif (11e au classement), après trois saisons et demie au sommet de l’affiche sportive (quatre demi-finales toutes compétitions confondues depuis 2020 ) et les médias.

Urios a expliqué qu’il voulait initialement « absorber» son éviction, puis se consacrer à son domaine viticole avant de s’atteler à son «prochain projet rugby« , a-t-il expliqué à La Montagne.

« Le rugby c’est fini pour l’instant, mais ce n’est qu’une pause. J’ai besoin de me poser, de faire le point et de savoir ce que j’ai vraiment envie de faire. Où, comment et avec qui ? Moi, je bouge sur coup de cœur. Quand je suis parti pour Oyonnax, tout le monde m’a demandé ce que j’allais y faire, et finalement, j’ai bien fait d’y aller», se souvient-il, espérant «trouver un banc en juin prochain pour la prochaine saison« .

A Bordeaux-Bègles, ses adjoints Frédéric Charrier et Julien Laïrle lui ont succédé.

lefigaro -sports

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.