Actualités françaises

Virus zombie : aucune raison d’avoir peur, rassure un virologue

[ad_1]

Le virologue Benoit Barbeau rassure la population en disant qu’il ne faut pas paniquer face aux virus zombies découverts dans les glaces de l’est de la Russie.

• Lisez aussi : Le « virus zombie » vieux de 48 500 ans s’est réveillé

En réaction à la découverte de l’équipe de recherche d’Aix-Marseille Université, le professeur de sciences biologiques à l’Université du Québec à Montréal a mentionné qu’il peut y avoir des virus congelés et encore actifs dans des endroits où il y a des couches de glace ou de congélation avec de la biomasse .

« S’il y a un dégel, ils pourront récupérer leur capacité à infecter et se propager dans une espèce animale ou végétale », a-t-il évoqué au micro de Philippe-Vincent Foisy de QUB radio.

Selon lui, il existe plusieurs façons d’analyser les échantillons. D’une part, on peut regarder par un simple séquençage à haut débit ce que l’on peut trouver. « Ce qui est différent dans ce type d’approche, c’est qu’on récupère des virus congelés et encore actifs qui peuvent être reproduits en laboratoire. Les virus ne présentent aucun risque chez l’homme, mais ils sont comme la pointe de l’iceberg.

Cela dit, Barbeau a déclaré que ce qui est récupérable dans un laboratoire comprend probablement des particules virales de différentes espèces qui, une fois libérées, pourraient infecter des espèces animales.

« Une fois décongelé, il doit être en contact avec la bonne espèce animale, végétale ou humaine pour pouvoir se reproduire. Ils ne sont pas actifs pendant une éternité suite à un dégel. Il ne faut pas être trop alarmiste, mais les virus ont conservé leur contagiosité.

Benoit Barbeau considère qu’il est très difficile de savoir à quoi on peut s’attendre pour l’avenir, car il y a déjà une multitude de virus qui circulent sur la planète actuellement et il est difficile de prédire ce qui pourrait arriver s’ils se sont retrouvés libres.

« Les virus doivent être en contact avec la bonne espèce pour se reproduire et ce n’est pas acquis. Cela dit, l’étude montre que dans les endroits où il y a beaucoup de gel, il peut y avoir des agents infectieux, des bactéries et des parasites qui peuvent être libérés. Mais ne paniquez pas pour l’instant. »



[ad_2]

journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page