Skip to content
Yemenia Airways condamnée à une amende maximale pour le crash d’un avion aux Comores en 2009

[ad_1]

Yemenia Airways a été condamnée par un tribunal français à l’amende maximale pour un accident d’avion mortel aux Comores en 2009.

La compagnie aérienne nationale du Yémen a été reconnue coupable d’« homicide involontaire et blessures involontaires » et condamnée à une amende de 225 000 €. La société a également été condamnée à verser à deux associations plus d’un million d’euros de frais de justice et de dommages et intérêts.

Elle a toujours nié toute responsabilité dans le crash qui a fait 152 morts, dont 65 Français. Yemenia a indiqué qu’elle ferait appel du verdict.

Le vol 626 se dirigeait de Paris vers Moroni – la capitale des îles Comores – après s’être arrêté à Marseille et Sanaa au Yémen.

L’avion s’est écrasé lors de vents violents dans l’océan Indien, à une quinzaine de kilomètres des côtes comoriennes le 30 juin. Tous sauf un des 142 passagers et 11 membres d’équipage à bord de l’Airbus A310 sont morts.

Les enquêteurs de l’aviation française ont jugé que l’accident n’avait pas été causé par un « problème technique ou une explosion » et ont imputé une série d’erreurs de pilotage, qui ont fait caler les moteurs.

Mercredi, Yemenia Airways a été reconnue coupable de ne pas avoir correctement formé ses pilotes pour les vols de nuit vers les Comores. Aucun représentant de la société n’a assisté au procès de Paris.

« Le tribunal a conclu que Yemenia Airways s’était conformée à la réglementation, mais il a retenu deux actes de négligence directement liés à l’accident », a déclaré le tribunal.

« L’imprudence commise par l’entreprise démontre un manque de culture de sécurité et de responsabilité. »

La seule survivante de l’accident – Bahia Bakari, 12 ans – a été retrouvée par un bateau de sauvetage après 11 heures, accrochée à des débris d’avion flottants. Elle a subi une fracture de la clavicule, une fracture de la hanche, des brûlures et d’autres blessures, et sa mère est décédée dans l’accident.

Bakari – aujourd’hui âgé de 25 ans – a été félicité pour avoir fourni des preuves puissantes au cours du procès. « Je ne souffre d’aucune séquelle physique, mais ma mère est partie. J’étais très proche d’elle », a-t-elle témoigné, en larmes.

D’autres témoins avaient affirmé que Yemenia était plus intéressée par les profits que par la prise en charge de ses passagers.

En 2015, la compagnie aérienne a été condamnée par deux tribunaux français à verser plus de 30 millions d’euros aux familles des victimes à l’issue d’une procédure civile.

Trois ans plus tard, un accord confidentiel a été signé entre Yemenia et 835 bénéficiaires, bien qu’ils n’aient pas reçu d’indemnisation pendant plusieurs années.

[ad_2]

euronews en2fr eurb

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.